Les partenariats vous attendent !

Ce sont les Editions Persée, les Éditions Hélène Jacob et les éditions Folio qui vous gâtent cette semaine avec 11 titres, et pour postuler, c'est maintenant !

Catégorie : Le coin de Fanniie62

Noir Sanctuaire de Preston & Child

Titre : Noir Sanctuaire
Auteurs : Preston & Child
Editeur : L’Archipel

Chronique :

Nouvelle découverte pour moi, cette fois-ci je me suis lancé dans la lecture de « Noir Sanctuaire » de Preston & Child. Et une fois de plus je ne suis pas déçue.

Je vous en dis plus:

Dès le début de cette histoire qui commence sur les chapeaux de roues avec le kidnapping de Constance Greene, et qui s’ensuit donc d’une course-poursuite menée par Proctor pour tenter de la délivrer. Depuis la disparition d’Aloysius Pendergast, Proctor a pris le relai concernant la protection de Constance. J’ai ressenti une telle intensité lors de cette traque effrénée, que je me suis cru en train de lire un nouveau scénario de James Bond.

Pour la suite de l’histoire le rythme est plus lent, l’intensité ressentie auparavant est redescendue d’un cran, mais pour la simple et bonne raison qu’on a un retour en arrière (19 jours plus tôt) qui nous permet de reprendre par le commencement, ce qui va nous permettre de comprendre le pourquoi, du comment des péripéties auxquelles sont confrontés les protagonistes. Et je peux vous dire que certaines situations ne seront pas une mince affaire.

Surtout que Constance ne facilite pas les choses, depuis la disparition d’A. Pendergast, la jeune femme charmante qu’elle était et à l’apparence fragile, pète complètement les plombs et prends des décisions irrationnelles. Elle est devenue totalement imprévisible, malgré son intelligence, Constance, est facilement influençable et un peu trop naïve. On ne sait même plus si on peut lui faire confiance. Particulièrement au moment où elle suit de son plein gré Diogène.

Diogène, est un fou à lier, un psychopathe… Qui plus est doté d’une grande intelligence et il est très malin, capable de vous manigancer un stratagème des plus diaboliques. Et il réapparaît du jour au lendemain, alors qu’on le croyait mort depuis des années. Et d’après ses dire il revient « nouveau », changé avec les meilleures intentions du monde, soi-disant, pour réparer les erreurs commis autrefois mais sa principale motivation est de reconquérir Constance. Celle qu’il a utilisée, maltraitée, rejetée …

Depuis la trahison de Diogène, Aloysius est devenu le protecteur de Constance. A. Pendergast est un inspecteur du F.B.I, c’est un homme courageux, assidu, méticuleux mais également une personne sur qui on peut compter. Il est très doué pour résoudre une enquête mais en ce qui concerne la gent féminine c’est une autre histoire. Les femmes sont pour lui un mystère. Enfin c’est ce qu’il prétend, en tout cas ce qui est sur c’est qu’il m’a totalement séduite. C’est un personnage que j’ai beaucoup apprécier au fil de ma lecture, il me fait penser à « Sherlock Holmes » mais avec ses propres caractéristiques, accompagné de son cher Watson (Howard Longstreet). Les deux forment un chouette duo.

Concernant l’histoire en elle-même, j’ai beaucoup aimé suivre l’enquête de Pendergast qui je trouve est très bien menée. Il se passe plein de choses et lorsqu’on ne s’y attend pas il y a quelques rebondissements qui font qu’on ne s’ennuie pas du tout. Par contre ce que je trouve dommage c’est qu’on n’a pas beaucoup de nouvelles de Proctor. La course-poursuite après Diogène, ne s’est pas très bien passé puisqu’il est laissé pour mort dans le désert à des kilomètres de la civilisation. Or il aurait été intéressant d’avoir quelques pages de temps en temps de son périple.
Le fait que cette histoire fonctionne est avant tout grâce à la plume des auteurs, elles sont d’une compatibilité folle.

En bref, un roman génial ! J’ai passé un agréable moment à suivre cette enquête et ces personnages (principalement A. Pendergast). Et que je vous encourage à découvrir, si ce n’est pas déjà fait.


Les fleurs du repentir de Tamara McKinley

Titre : Les fleurs du repentir
Auteur : Tamara McKinley
Editeur : L’Archipel

Chronique :

Je n’ai pas l’habitude de lire des « romans contemporains », non pas que je n’aime pas ce genre juste que je n’ai pas forcément l’occasion de lire ce genre de romans. Mais cette fois-ci j’avais envie de changer un peu, et à la lecture du résumé, je me suis dit pourquoi pas il m’a l’air d’être très intéressant. Et je peux vous dire que j’ai eu du flair sur ce coup-là ! Une très belle histoire qu’est « Les fleurs du repentir ».

Pour vous en donner un aperçu :

Suite à une lettre envoyée par sa grand-tante, Claire, rentre au domaine Warratah après être partie pendant 5 ans sans donner de nouvelles. Claire n’a jamais supporté de ne pas être dans les confidences concernant les secrets que cache sa famille. Mais l’heure de vérité a sonné. C’est la raison pour laquelle Claire, décide enfin de rentrer « à la maison », le temps des cachoteries est terminé. Elle va enfin savoir toute la vérité.

C’est dans un dépaysement total de l’outback Australien que nous emmène Tamara Mckinley, nous décrivant comme personne la beauté de ces contrées désertiques et arides surplombées de l’immense surface de sable rouge calme en apparence mais qui peut s’avérer fatal lors de rude tempête, un soleil de plomb et également les différents animaux sauvages que l’on peut y rencontrer.

À titre perso : L’Australie fait partie des pays que j’aimerais bien visiter et en lisant cette histoire cela m’a conforté dans mon choix, de plus ça m’a permis de voir une autre facette de ce pays que je ne soupçonnais pas et pourtant quand j’y pense tellement évidente.

On vit cette histoire à travers les souvenirs d’Aurélia, la grand-tante de Claire et ceux de sa mère. Elles nous racontent ce qui s’est passé il y a de ça des années et les raisons qui les ont poussé à cacher certaines choses, croyant faire cela pour le bien de Claire. Les deux femmes nous content leur vécu d’une telle intensité et d’une telle précision qu’on a l’impression d’avoir été là, d’avoir été un membre à part entière de leur passé tout en restant spectateur tant la mis en scène de ces flashbacks est très bien ficelée et cohérente. De plus c’est intéressant de voir le point de vue de la grand-tante et celui d’Ellie, la mère de Claire qui évidemment sont différents mais compatibles, ils évoluent dans la continuité. Ce que je veux dire c’est que lorsque l’un des deux personnages raconte un évènement, l’autre poursuit là où il l’a laissé.

Les personnages qu’on rencontre au fil de la lecture incarnent bien l’histoire, que ce soit ceux que j’ai appréciés ou ceux avec qui j’ai eu beaucoup moins d’affinité, je n’y changerais rien tellement que c’est parfait ! Il faut bien qu’il y ait des gentils et des méchants. Aurélia et Ellie sont principalement les deux personnages que j’ai le plus appréciés, ce sont deux personnes gentilles avec un sacré fort caractère qui ne laisse pas indifférent et toutes deux dotées d’une force de la nature. Évidemment on s’attache aussi aux personnages secondaires comme Joe, Jack, Wang Lee … Charlie et Leanne sont les deux protagonistes que j’ai le moins appréciés, deux personnes jalouses et qui convoitent les biens des autres. Et qui sont prêts à tout pour obtenir ce qu’ils veulent quitte à faire du mal aux personnes qui leur sont chères.

Ce qui m’a plu également c’est la partie historique du roman, la période de guerre, qui montre comment les femmes étaient fortes et courageuses malgré les misères auxquelles elles étaient victimes lorsque la quasi-totalité des hommes s’engageaient pour aller au front. Comment elles ont réussi à maintenir à flot le ranch malgré la sécheresse qui pouvait durer des mois et les pluies torrentielles qui mettaient le bétail en péril.

En bref, agréablement surprise par ce roman contemporain et par la plume de l’auteur qui nous propose une jolie histoire nous permettant de passer un agréable moment. Pour moi c’est un carton plein ! Alors, si vous voulez voyager sans bouger de chez vous, lisez ce roman, il vous fera voyager jusqu’en Australie.

Bonne Lecture !


Suis-moi, je te fuis! de Louise Manet

Titre : Suis-moi, je te fuis !
Auteur : Louise Manet
Editeur : Harlequin

Chronique :

Je découvre grâce à « Suis-moi, je te fuis ! », la plume de l’auteure Louise Manet que je ne connaissais pas. Une assez belle surprise, je dois dire.

Morgane a 32 ans et exerce le métier d’aide à domicile, elle adore ce qu’elle fait. Cette reconversion la rend vraiment heureuse, elle aime toutes les personnes dont elle s’occupe sans exception, ils lui apportent tellement. Même si, depuis, elle peine à joindre les deux bouts à chaque fin de mois, elle ne regrette pas d’avoir quitté sa carrière dans le marketing.

Après un rendez-vous chez le banquier chaotique, la poisse fait encore des sienne et Morgane se fait emboutir sa voiture. Elle n’était déjà plus en très bonne état mais bon ce n’est pas une raison de l’achever davantage. Catherine, paniquée propose à Morgane de l’accompagnée jusque chez elle pour que son père puisse la dédommager de ce malheureux incident.

Et c’est à cette occasion que Morgane va faire la rencontre du séduisant et sexy quinquagénaire, Grégoire Vassel et celui-ci ne va pas la laisser indifférente. Quelques jours plus tard, elle va de nouveau croiser le chemin de Grégoire et leurs échanges lors de cette rencontre vont confirmer l’alchimie, l’attirance réciproque ressentie l’un pour l’autre.

Suis-moi, je te fuis ! est une comédie romantique sympathique par laquelle l’auteure nous fait passer un agréable moment de lecture. Nous proposant une romance toute mignonne bourrée d’humour (auquel malheureusement je n’ai pas été sensible) avec les jeux de mots un peu houleux de notre protagoniste principal. Ce léger détail n’enlève rien à la jolie plume de Louise Manet que j’ai beaucoup apprécié et à laquelle je décèle un certain potentiel. L’écriture est fluide, ce qui donne du rythme au texte et qui par la même occasion facilite la lecture.

Bonne chose aussi au roman c’est que l’auteur ait choisi que Morgane, notre protagoniste principal exerce le métier d’auxiliaire de vie. Cela me tient particulièrement à coeur que ce métier ingrat et dur soit un peu mis en avant. Ce n’est pas un métier qu’on rencontre souvent à travers nos romans et le fait de le découvrir là ça fait plaisir. Et il faut dire que Morgane l’incarne et le défend bien. C’est une jeune femme généreuse, désintéressée par l’argent (alors qu’elle en aurait bien besoin), un peu fofolle… On la découvre et l’apprécie au fil des pages.

Concernant Grégoire notre quinquagénaire sexy, beaucoup plus posé que Morgane avec un tempérament plus calme, il arrive même à la canaliser. Même si son côté fofolle le fait fondre. Patron de l’entreprise de joaillerie familiale, il est habitué au luxe et au confort et pourtant il ne le montre pas, ne s’en vante encore moins. Tout semble les opposer, l’âge, leurs deux mondes différents… Et pourtant…

Et les personnages secondaires apportent leur petite touche perso, pour donner un peu de piment à notre duo.

En bref, une jolie et sympathique romance qui vous fera passer un bon moment et que je vous invite à découvrir.


Les filles de Brick Lane de Siobhan Curham

Titre : Les filles de Brick Lane
Auteur : Siobhan Curham
Editeur : Flammarion Jeunesse

Chronique :

Ambre, Sky, Rose et Maali sont quatre filles différentes l’une de l’autre et pourtant quelque chose de particulier les lie. Toutes les quatre se sentent différentes des autres adolescents de leur âge, par bien des manières, ce qui leur vaut les railleries, les moqueries de ces jeunes gens. Ces filles ont des particularités, des intérêts différents, des origines ethniques que « les autres » ne comprennent pas.

C’est sûr ce n’est pas commun d’avoir comme Ambre, deux pères. D’être née via l’aide d’une mère porteuse. Mais ce n’est pas « mal » en soi. Ce n’est pas non plus une tragédie si Ambre s’habille dans son propre style. Et ce n’est en aucun le choix sexuel de ses parents qui l’influence.

Sky, elle a perdu sa mère et vit donc avec son père. Ce qui la rend différente des autres c’est que son père et elle vivent sur la Tamise sur une péniche. C’est un choix qu’ils ont fait et qui leur convient très bien. De plus Sky n’a pas une scolarité comme les autres puisqu’elle ne va pas au lycée. C’est son père qui lui fait les cours à domicile.

Rose, fille d’un acteur célèbre et d’une mannequin. Ne rêve pas de cette vie là même si sa mère l’encourage fortement à suivre ses traces. À défaut de sa mère, Rose, préfère éviter d’être sous les feux des projecteurs et faire la une de tout les magazines de mode. Elle a d’autres ambitions.

Maali est une jeune fille timide et elle est d’origine Hindoue.

Et pourtant toutes ces différences ne font pas d’elles des filles mauvaises, tout ce qu’elles veulent c’est être accepté telle qu’elles sont sans pour autant rentrer dans un moule et se conformer à toutes les filles de leurs âges.

Un livre vraiment intéressant, très profond avec un sujet actuel – que j’associerais avec le harcelèment scolaire. Ce genre de livre est très bien pour les jeunes (et les moins jeunes), l’auteur apporte un véritable message dans la lecture sans pour autant être moralisateur. Mais ce message fait réfléchir sur la manière dont on traite les autres qui s’habillent différemment, qui ont des origines ou une autre orientation sexuelle que la nôtre et ceux qu’on exclut car ils n’ont pas les mêmes centres d’intérêts que nous. Ainsi cela fait prendre conscience aux jeunes que c’est de la simple méchanceté et que cela peut faire beaucoup de mal.

Cette histoire apporte aussi un autre message, un message d’espoir montrant que tout le monde à sa place dans la société. Il faut simplement s’entourer des bonnes personnes avec qui partager les bons ou les mauvais moments et qui seront toujours là à nous encourager et à nous tirer vers le haut. Et nous démontre également que les rêves même les plus fous ne sont pas si irréalisables qu’il n’y paraît.

En bref, un roman young adult réaliste vraiment accrocheur portant sur l’amitié entre quatres adolescentes aussi attachantes les unes que les autres et auquel chaque lecteur ou lectrice peut s’identifier. Proposant à travers celui-ci des messages qui permettent de se pencher sur la réflexion de ce qu’ils transmettent. Ce tout nous permet de passer un agréable moment et d’attendre avec impatience le deuxième tome.


Phobos de Victor Dixen

Titre : Phobos – Tome 1
Auteur : Victor Dixen

Chronique:

En tant que retardataire, voilà que je me lance enfin dans la saga Phobos. Quelle pression n’empêche, vais-je faire partie de ceux qui ont adoré où vais-je faire partie de cette minorité qui n’ont pas apprécié ? Depuis le temps que j’en entends parler et principalement qu’en bien sauf quelques personnes à qui j’ai dis que je lisais Phobos – Tome 1 et qui m’ont dit qu’elles n’avaient pas trop apprécié celui là car il était trop long ???
Et bien je dois dire que j’étais étonnée.

Moi j’ai bien aimé ce premier tome, comme tous les premiers tomes c’est une introduction à ce qui va se passer dans les prochains. L’auteur ne peut pas raconter tout d’un coup, sinon dans ce cas là on dirait qu’il a été trop vite et qu’on aurait voulu plus de détails, en apprendre plus sur les personnages ect…

Alors mon avis sur ce premier volet, je trouve que l’auteur pose bien les bases. Il ne faut pas oublier que les six prétendantes et les six prétendants sont confinés chacun de leur côté dans une capsule (qui ressemble plutôt à une boîte de conserve) montée sur 4 étages avec le strict minimum, on peut pas dire que ce soit le grand luxe même si le confort est là. Idem pour les activités, le choix n’est pas énorme. Ce que les prétendantes et les prétendants attendent impatiemment, tout comme les lecteurs sont les speed-datings journaliers.

C’est vraiment ces speed-datings le plus intéressant … C’est a travers ces rendez-vous qu’on apprend à faire connaissance avec chaque personnage, à savoir d’où il vient, quel est son histoire, les raisons de sa candidature à ce projet (même si il y a toujours quelques mystères).

De plus , petit rappel au cas ou vous auriez oublié, le voyage dans ce vaisseau (capsule) jusqu’à la destination finale dure 5 mois, 5 mois c’est quand même long. Les personnages ne font pas que dormir.

Alors pour le choix de dénouement pour cette première partie moi j’approuve. C’est un choix très judicieux, pour ma part je n’y changerais rien. Et puis la plume de l’auteur est très addictive, on ne peut pas poser le livre deux secondes qu’on est obligé de le reprendre pour savoir ce qu’il va se passer, pimenté par les nouveaux rebondissements auxquels on ne s’attendait pas. Avec ce livre on prend un ticket pour avoir plein d’étoiles dans les yeux. Un magnifique voyage dans l’espace au bord du Cupido.

Franchement je ne regrette pas du tout d’avoir commencé cette saga. Et si vous ne l’avez pas encore commencé, foncez ! Mieux vaut tard que jamais. La preuve ????

En bref, un premier tome vraiment top ! Dont on en ressort des étoiles pleins les yeux. Un très beau voyage que nous fait faire Victor Dixen. J’ai hâte de poursuivre l’aventure avec nos six prétendantes et nos six prétendants que ce soit toujours à bord du Cupido ou sur la planète Phobos. Je trépigne d’impatience de savoir ce que réserve le second tome.

Participez au blog !

Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez poster sur le blog de Livraddict !

Vous aurez votre propre "coin" qui regroupera vos critiques !

Cela vous intéresse ?
Alors, inscrivez-vous sur Livraddict et envoyez votre critique à Thalia par message privé !

Recherche

Index

Archives