Le Book Club c'est maintenant !

Si vous avez lu "Red queen" de Victoria Aveyard, venez en discuter avec nous :)

Compte-rendu du Book-club du mois de juillet 2013 : Nos étoiles contraires de John Green

Nos étoiles contraires

Nous étions une quinzaine à participer à ce Bookclub, consacré au thème des « Best-sellers américains jeunesse. »

L’appréciation globale.

La somme des notes attribuées par les participants au roman Les Etoiles contraires donne une moyenne de 8,8/10. On dénombre quelques coups de cœur et beaucoup de larmes, notamment à cause de la fin du récit. D’autres personnes ont déclaré qu’il s’agit d’une bonne découverte, mais que c’est une histoire parfois trop pleine de bons sentiments et que le langage est trop adolescent et léger par rapport à la gravité des choses. On regrette aussi que le personnage de Hazel soit parfois froid et manque d’émotions. Il faut avant tout retenir que ce serait dommage de passer à côté, car c’est un livre qui ne parle pas uniquement de maladie. Il est imprégné d’humour, d’intelligence, de poésie et surtout d’amour.
C’est donc un sujet abordé d’un ton léger pour le rendre accessible à la jeunesse. Mais qu’en sera-t-il de l’adaptation cinématographique ? On espère de bons acteurs pour faire passer la palette de sentiments transmise par John Green. Certains lecteurs pensent que ce n’était pas nécessaire et qu’il est préférable de privilégier « les mots aux images ». Plusieurs personnes sont d’accord sur le fait « qu’il y a des livres qui n’ont pas besoin d’être vus mais seulement d’être lus. » Néanmoins, peut-être que quelques curieux iront voir l’adaptation, puisque la production se déchaîne pour que ça plaise aux fans. Et l’auteur John Green assiste à tout.
Plusieurs lecteurs sont touchés de près ou de loin par le cancer. Ils ont apprécié lire un roman parlant de cette maladie qui touche, ici, les jeunes. En effet, le cancer étant de plus en plus présent, certains retiennent qu’il faut profiter de la vie. Alors que certains lecteurs ont réussi à se détacher du thème qu’ils appréhendaient quelque peu, d’autres estiment que cette lecture ne les a pas amenée à réfléchir sur la maladie puisqu’ils y avaient déjà réfléchi avant.

L’intrigue.

Les parents laissent voyager leurs deux enfants. Cela est peu crédible et fait un peu « conte de fées », mais cela leur permet de réaliser un rêve et d’oublier leur maladie. Ils ont le droit de vivre leur vie et de s’aimer, même s’ils sont malades. Il faut vivre de l’instant présent et ne pas tout calculer. Hazel et Augustus ont ainsi donné un sens à leur vie.
Concernant le groupe de soutien, plusieurs personnes l’ont trouvé « déprimant » et « glauque ». Certaines pensent qu’il est présent pour faire en sorte que les gens ne se sentent pas seuls face à leur maladie, d’autres qu’il est seulement une excuse pour que les personnages principaux se rencontrent. Au fond, les personnages ont-ils été réunis par leurs loisirs communs ou leur maladie ? Celle-ci est un point de départ, qui permet leur rencontre, car c’est un combat quotidien pour eux deux.
On s’intéresse aussi à l’évolution de l’attitude de Peter Van Houten, personnage antipathique qui représente une façon différente de réagir face à la maladie. Il choisit la solution la plus facile en s’apitoyant sur son sort et en buvant. Sa rencontre avec les deux jeunes a été plus profitable pour lui que pour ces derniers. Les lecteurs, qui le détestaient au début, l’ont mieux compris à la fin du roman, même si certains ont trouvé ce revirement un peu surréaliste. On peut aussi dire qu’il apporte un certain équilibre à l’histoire qui n’est ainsi pas trop mielleuse.

Les personnages.

La plupart des lecteurs se sont attachés aux deux personnages, l’un prenant le cancer plutôt à la légère, avec humour, l’autre de façon plus sérieuse. Ils sont différents car l’un est en rémission tandis que l’autre sait qu’il va mourir. Augustus est un personnage très apprécié car, bien que malade, il continue de vivre comme si de rien n’était, tandis qu’Hazel est plutôt solitaire. Ce sont des personnages complémentaires et inséparables.
Les parents ne sont pas très présents dans le livre. Ils sont avant tout un support qui montre que l’entourage d’une personne malade vit aussi à sa façon la maladie. La mère d’Hazel ne vit que pour sa fille, mais peut paraître étouffante et envahissante.

Le style et l’auteur.

L’écriture de John Green a charmé nombre de lecteurs. Elle est légère et parsemée de touches humoristiques pour dédramatiser la situation et ne pas brusquer le lecteur. D’ailleurs, certains lecteurs auraient aimé un peu moins de positif et de poésie pour avoir un peu plus d’humour noir. La plupart des lecteurs étaient d’abord réticents par rapport au thème abordé car ils avaient peur que ce soit pathétique et larmoyant, mais beaucoup ont aimé le rythme du récit, la force des mots employés par l’auteur et sa manière de présenter l’intrigue et les personnages.
Finalement, le thème abordé est universel et permet de mieux se rendre compte de la chance que l’on a d’être en bonne santé. John Green a raison de cibler un public jeune car il faut aussi sensibiliser les jeunes face à une dure réalité de la vie.

Compte-rendu écrit par Phebusa


Un commentaire

moune 5 septembre 2013 à 22 h 07 min / Répondre

bravo pour le commentaire tres brillant puisqu il donne envie de lire le livre


Laisser un commentaire

Participez au blog !

Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez poster sur le blog de Livraddict !

Vous aurez votre propre "coin" qui regroupera vos critiques !

Cela vous intéresse ?
Alors, inscrivez-vous sur Livraddict et envoyez votre critique à Thalia par message privé !

Recherche

Index

Archives