La cour des mirages

de Benjamin Dierstein (2022)

Synopsis

Moyenne

18.0

4 votes

TRES BON

Juin 2012. Triomphe politique pour la gauche et gueule de bois pour la droite. Les têtes tombent. Les purges anti-sarkozystes au sein du ministère de l'Intérieur commencent. La commandante Laurence Verhaeghen quitte la DCRI et rallie la Brigade criminelle de Paris. Elle est rapidement rejointe par son ancien collègue Gabriel Prigent, hanté par la disparition de sa fille six ans plus tôt.
Pour leur retour au 36, les deux flics écopent d'une scène de crime sauvage : un ancien cadre politique a tué sa femme et son fils avant de se suicider. L'enquête débouche sur la découverte
de réseaux puissants, à mi-chemin entre l'organisation pédocriminelle, la prostitution de luxe et l'évasion fiscale. Désabusés par leurs erreurs et leurs doutes, tourmentés par leurs obsessions,
Verhaeghen et Prigent vont partir pour un voyage sans retour vers la barbarie moderne.
Dans la lignée de David Peace ou James Ellroy, une complainte noire et désespérée en forme de descente aux enfers.

1 édition pour ce livre

2022 Editions Les Arènes (Equinox)

Française Langue française | 500 pages | Sortie : 6 janvier 2022 | ISBN : 9791037505712

D'autres livres dans ce genre

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

3 commentaires

  • FramboiseVanille Le 18 Janvier 2022 à 12:25
    Une enquête sans retour, sans concessions, un aller direct en enfer. La noirceur de l’âme, l’avidité du pouvoir, les enjeux financiers et politiques sont dépeints sur un rythme hypnotique. Dierstein ne racole pas, il est direct, brutal, impressionnant. Une première pépite polar pour cette année !
  • Jonathan Herbrecht Le 20 Janvier 2022 à 09:08
    Ne vous fiez pas à la couverture (faussement) tape-à-l'oeil, sa couleur vive, le bandeau qui annonce aussi bien du croustillant politique et médiatique que du polar noir et dur. Puis l'horreur. Partout, toujours, pour tout le monde. Aussi noir, trash et injustifiable qu'indispensable.
  • FramboiseVanille Le 25 Janvier 2022 à 13:00
    Une enquête sans retour, sans concessions, un aller direct en enfer. La noirceur de l’âme, l’avidité du pouvoir, les enjeux financiers et politiques sont dépeints sur un rythme hypnotique. Dierstein ne racole pas, il est direct, brutal, impressionnant. Une première pépite polar pour cette année !

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !