La maison d'Apre-Vent

de Charles Dickens (1896)

Synopsis

Moyenne

17.3

3 votes

TRES BON

Le roman a pour pivot l'affaire Jarndyce and Jarndyce (« Jarndyce contre Jarndyce ») instruite par la Chancellerie. De l'affaire elle-même, tout ce qui est dit est qu'elle concerne un gros héritage contesté, sans qu'il soit précisé ni par qui, ni pourquoi. Ce manque n'est pas anodin, Dickens a voulu que la procédure, qui dure depuis des générations avant le début du livre et se clôt dans un grand éclat de rire à la fin, participe du brouillard universel qui enveloppe le roman. D'ailleurs, des sommes en jeu, il ne reste rien, mangées qu'elles ont été par les dépens. Ce qui compte, ce n'est pas le détail de l'affaire, dans laquelle sont impliqués beaucoup de personnages, mais le fait qu'elle existe et qu'elle conduise les gens à la folie, la déchéance et la mort.

Ada Clare et Richard Carstone, pupilles de la cour, s'en vont vivre dans « Bleak House », la demeure de John Jarndyce, qui se refuse à toute implication dans le procès qui porte pourtant son nom : il préserve avant tout sa tranquillité et, de toute façon, il n'est pas sans argent, bien au contraire. Esther Summerson, que John Jarndyce a personnellement choisie pour tenir compagnie à Ada et qu'il est allé chercher après la mort de la tante qui en avait la garde, se joint aux deux jeunes gens. En chemin, ils s'arrêtent chez Mrs Jellyby, activiste philanthrope, qui néglige sa famille pour s'occuper corps et âme des enfants du lointain étranger.

Entretemps, à « Chesney Wold », la résidence de campagne de Sir Leicester Dedlock où règne un suprême ennui, son épouse, Lady Dedlock, tombe en pâmoison à la vue d'un document juridique bien particulier concernant l'affaire en cours : elle a reconnu l'écriture du copiste, un obscur personnage qui survit en faisant quelques travaux d'écriture pour la Chancellerie. L'avocat de la famille, Tulkinghorn, qu'intrigue son comportement, part à la recherche du scripteur, connu sous le seul nom de Nemo, mais quand il y parvient, le mystérieux personnage est trouvé mort d'une overdose d'opium dans un taudis. Le petit Jo, l'enfant à l'abandon chargé de balayer sans fin le carrefour, pointe du doigt une dame voilée que Nemo suivait à Londres, puis, chassé par la police, fuit chez Jarndyce où il transmet la variole à la bonne Charley, puis à Esther. L'hypocrite Skimpole trahit le pauvre garçon et indique son refuge à la police qui l'éloigne aux alentours.

Le clerc de notaire Guppy, dont Esther a repoussé les avances, cherche de son côté à résoudre le mystère ; cependant, le soir convenu pour le rendez-vous avec le logeur de Nemo, le chiffonnier Krook, il est saisi d'horreur en découvrant que ce dernier vient de périr par combustion spontanée (spontaneous combustion)94,N 14,95.

Tulkinghorn, soupçonnant Lady Dedlock de cacher un secret compromettant, obtient par chantage que Trooper George lui remette des exemplaires de l'écriture de Nemo. Le secret de la naissance d'Esther se dévoile alors : elle est l'enfant illégitime de Lady Dedlock et de Nemo, naguère Hawdon. Jo meurt au stand de tir de George, malgré les soins prodigués par un jeune chirurgien appelé Allan Woodcourt. Tulkinghorn est assassiné dans ses bureaux après une confrontation avec Lady Dedlock. George, soupçonné d'avoir commis le meurtre, se trouve en état d'arrestation mais les preuves tendent à accabler la noble dame qui s'enfuit de « Chesney Wold ». Or l'inspecteur Bucket démontre que la véritable coupable est la farouche servante française Hortense : elle cherchait à se venger de sa maîtresse qui lui avait préféré Rosa ; éconduite par l'homme de loi qu'elle est venue solliciter, elle n'a pu contenir sa rage et l'a tué. En compagnie d'Esther, Bucket part à la recherche de Lady Dedlock et la découvre accrochée aux grilles du cimetière sordide où est enterré Nemo.

Trooper George retrouve sa mère, Mrs Rouncewell, gouvernante de la maison Dedlock, et refuse de travailler pour le compte de son frère, maître de forges et prospère industriel. Il préfère retourner à « Chesney Wold » pour s'occuper de Sir Leicester Dedlock, victime d'une congestion cérébrale après la fuite de son épouse. Richard Carstone, que l'espoir d'un héritage en suspens à la cour n'incite guère à se consacrer à la vie active, s'éloigne de Jarndyce, épouse Ada en secret et meurt de désespoir lorsque le dossier « Jarndyce et Jarndyce » est enfin clos sans qu'il hérite d'un sou, tous ses avoirs ayant servi à éponger les dépens. Esther a accepté par loyauté une proposition de mariage de la part de Jarndyce, mais est éprise d'Allan Woodcourt ; Jarndyce, magnanime, la libère bientôt de ses liens, la confie à celui qu'elle aime et désormais, se voue au bonheur d'Ada et de son enfant qu'il a à nouveau accueillis sous son toit96.

Esther, quant à elle, fonde une nouvelle « Bleak House », copie conforme de la première, mais en miniature et loin de la ville, dans le comté du Yorkshire.

Titre original : Bleak House (1853)

7 éditions pour ce livre

Filtrer par type : | Filtrer par langue :

2018 Editions Folio

Française Langue française | 1472 pages | Sortie : 3 Mai 2018

2014 Editions Gallimard (Bibliothèque de la pléiade)

Française Langue française | Traduit par Sylvère Monod | 1707 pages

2011 Editions Penguin books

Anglaise Langue anglaise | 1088 pages | ISBN : 9780141198354

2008 Editions Vintage (Classics)

Anglaise Langue anglaise | 880 pages

2008 Editions Oxford University Press

Anglaise Langue anglaise | 945 pages | ISBN : 9780199536313

2001 Editions Wordsworth (Wordsworth Classics)

Anglaise Langue anglaise | 760 pages | ISBN : 9781853260827

1997 Editions Wordsworth

Anglaise Langue anglaise | 800 pages

D'autres livres dans ce genre

1 chronique de blogueurs

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

1 commentaire

  • BlueMoon Le 06 Décembre 2016 à 21:24
    C'était une très longue lecture, mais tellement excellente qu'elle est pardonnée. L'écriture est merveilleuse, faite d'humour, d'ironie, de poésie. J'avais l'impression d'être chez moi dans ce livre, de lire une histoire qui me correspondait parfaitement. Les personnages sont très attachants, et je me suis souvent identifiée à Esther. Un des meilleurs livres que j'ai lus !

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !