Le vent les a ôtés de Marcel Séguier

Voilà un livre qui a attiré mon attention par sa couverture sobre, évoquant presque la méditation ; ainsi que par son titre complexe, poétique. J’ai eu l’opportunité de pouvoir découvrir cette publication grâce à un partenariat avec les éditions de La compagnie littéraire, que je remercie encore !

Dans cet ouvrage plutôt atypique, on  trouve une collection d’hommages, de souvenirs, d’anecdotes au sujet de grands hommes tels que  Marcel Pagnol ou Claude Simon. Comme le sous-titre le laisse deviner, l’auteur nous ouvre une fenêtre sur les rencontres qui ont jalonné sa vie, et certainement ont eu une incidence conséquente sur celle-ci.

Marcel Séguier y évoque aussi, notamment, ses difficultés à se faire publier en tant qu’auteur,  et nous livre à mots couverts une critique du monde de l’édition.
Ainsi, il rapporte que Claude Simon lui écrivit « l’édition française est aujourd’hui presque entièrement entre les mains d’énormes puissances financières comme X… ou Y… qui se soucient assez peu (ou plutôt pas du tout) de la littérature, et cela va même va aller de pire en pire […] Je suis heureux d’avoir quatre-vingt-cinq ans ».  Force est de constater que cet état de fait est toujours valable de nos jours, et plus que jamais. Ce qui est publié est ce qui fait recette, point à la ligne.  Heureusement, la publication même de ce livre, Le vent les a ôtés, Rencontres, vient prouver que ce triste constat n’empêche pas que des auteurs de talent puissent avoir une chance d’être connus, puisque malgré tout Monsieur Séguier a pu acquérir une certaine notoriété.

Ici, l’écriture de l’auteur est raffinée, très  travaillée, très littéraire, à tel point que le livre pourrait servir de modèle sur l’art de manier la langue française, je trouve.
Ce qui m’a frappée chez cet auteur, c’est son humilité à toute épreuve. Il possède des qualités d’écriture évidentes, sans jamais se mettre sur un pied d’égalité avec ses contemporains écrivains. Il se positionne en tant que spectateur ; en tant qu’ami de ces grands hommes qu’il a côtoyés et fréquentés, sans oser se mêler vraiment à leurs petits cercles d’initiés. Peut-être est-ce en raison de ses origines modestes : malheureusement, qui dit milieux intellectuels dit souvent aisance financière (voire snobisme ou élitisme), bien qu’il  ne semble pas s’en rendre compte, ou en tous cas ne s’en plaint jamais.

J’ai apprécié cette lecture par amour des mots, amour des belles phrases tout simplement ; et aussi pour son intérêt historique – Marcel Séguier nous offre un témoignage sur une époque révolue, que pour la majorité d’entre nous, nous n’avons pas connue. Je recommanderais ce livre à toute personne désireuse de découvrir le style de cet auteur, ou aux lecteurs curieux d’en savoir davantage sur les sphères littéraires !


Laisser un commentaire

Participez au blog !

Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez poster sur le blog de Livraddict !

Vous aurez votre propre "coin" qui regroupera vos critiques !

Cela vous intéresse ?
Alors, inscrivez-vous sur Livraddict et envoyez votre critique à Thalia par message privé !

Recherche

Index

Archives