[Sherman, Alexie] Le premier qui pleure a perdu

 
    • rascasse

      Baby lecteur

      Hors ligne

      #1 19 Octobre 2010 15:36:30

      Je voudrais vous engager à lire cet extraordinaire ouvrage classé en jeunesse par Bayard mais qui peut, et doit, se lire à tout âge. On y découvre la vie d'un Indien dans une réserve nord-américaine atteint d'hydrocéphalie qui doit se battre pour affirmer son identité et prouver à tout le monde, et en particulier à lui-même, que rien jamais n'est inéluctable. Traité avec un humour décapant, ce texte, émaillé de quelques dessins de l'auteur, est une auto-biographie déguisée et dénonce les ravages de l'alcoolisme qui gangrène les rares Indiens rescapés de la meule américaine. On sort grandi de cette lecture tant il s'agit d'une belle leçon d'humanité et d'humilité.

      Dernière modification par rascasse (19 Octobre 2010 18:51:30)

    • JessLivraddict

      Administrateur

      Hors ligne

      #2 19 Octobre 2010 18:35:14

      C'est possible d'avoir une couverture du livre avec le post, c'est toujours plus sympa. Merci d'avance ;)
    • rascasse

      Baby lecteur

      Hors ligne

      #3 19 Octobre 2010 18:53:43

      Pas de problème... ou plutôt si. Il me manque le modus operandi de la petite manipulation qui permet d'insérer une image à la suite ou avant le texte.
         Merci d'avance d'éclairer ma lanterne afin que je meure moins idiot.
    • Folfaerie

      Consommateur de phrases

      Hors ligne

      #4 10 Novembre 2010 18:40:03

      <image>

      J'aime bien Sherman Alexie, celui-ci est aussi sur ma LAL, il me tente beaucoup. Pour ceux que ça intéresse, se situant à une époque bien plus lointaine, mais sur la même idée, il faut lire aussi "petit arbre" de Forest Carter. Comme quoi, à un siècle d'intervalle, les enfants Amérindiens connaissent toujours les mêmes problèmes.
    • rascasse

      Baby lecteur

      Hors ligne

      #5 10 Novembre 2010 19:18:56

      Sais-tu que Forrest Carter , ne serait absolument pas d'origine indienne. Il serait exclusivement de souche blanche, son vrai nom étant Asa Earl Carter, mais surtout cacherait un passé de pro-ségrégationniste et de membre du Ku Klux Klan, le groupe ultra-raciste et violent américain.

        La révélation de ces antécédents (avérés) a totalement décrédibilisé "Petit Arbre", l'organisation "Cherokee Nation" avancant que la description de la famille indienne ne correspondait pas du tout à la réalité, et plus encore, que ce portrait est empreint de racisme.
          En effet selon l'organisation, il décrirait la famille indienne comme des "sauvages nobles", dans la lignée des personnages comme le Vendredi de Robinson Crusoê: plus animal qu'humain, inculte et dépendant de son maître.

         Le plus paradoxal dans l'histoire c'est que le livre est bouleversant de simplicité et plein de beaux enseignements sur la "vraie" vie. Comme quoi ! Un peu le Louis-Ferdinand Céline américain ce Forrest Carter.
    • Folfaerie

      Consommateur de phrases

      Hors ligne

      #6 10 Novembre 2010 23:08:24

      Oui je suis au courant de cette polémique depuis longtemps. N'ayant pas entendu ou lu Carter de son vivant, je me garderai bien de juger. D'abord parce que pour un type ayant appartenu au KKK, je trouve curieux d'avoir écrit Petit Arbre et surtout le très beau Pleure Géronimo, (ode au peuple sioux), ensuite parce que j'ai beau relire Petit Arbre régulièrement, je n'y vois ni racisme ni mépris ou alors je ne sais pas lire. Certes, on peut reprocher à l'auteur d'avoir menti (c'est une fiction et non une autobiographie), on peut lui reprocher des simplifications et des maladresses mais rien de plus. Il me semble au contraire que Carter dénonce les actions du gouvernement enves ces enfants indiens. Voilà, je ne sais pas trop quoi en penser. Et pour moi, le passé de l'écrivain n'enlève rien à la qualité de son oeuvre.
      Et si on veut pousser la logique jusqu'au bout, on peut aussi taxer de racistes Fenimore Cooper (ses portraits des indiens, c'est pas triste non plus) ou JJ Rousseau...