[Suivi lecture] Cocolanoix

 
  • cocolanoix

    Apprenti Lecteur

    Hors ligne

    #101 14 Août 2018 23:24:47

    Mirmont, la vulgarisation n'empêche pas un minimum de sérieux et surtout, surtout... n'empêche pas de donner à son livre un titre approprié haha :P Mais en règle générale, j'apprécie beaucoup la vulgarisation et j'aime bien l'enthousiasme de Stéphane Bern.
    Hélène Carrère d'Encausse titille ma curiosité !

    J'ai lu un livre de fantasy récemment Edwenn : le monde des Faë de Charline Rose qui m'a laissée franchement perplexe. Je cherchais un livre léger pour la canicule et qui se lit rapidement. Malgré les 500 pages et des brouettes, je me suis dit que vu la taille de l'écriture, ça irait vite ... Funeste illusion. J'ai mis du temps à le lire et finalement, je ne sais qu'en penser. C'est un premier roman dont certains éléments étaient très prometteurs mais le tout m'a laissée un fort goût d'inachevé. J'ai souvent eu l'impression de lire le manuscrit d'une jeune personne parce qu'il y a des antagonismes plutôt ridicules qui m'ont fait lever les yeux au ciel (type l'héroïne, forte et courageuse mais dont les failles touchent le beau roi VS jeune rivale cruelle, superficielle qui n'aime qu'essayer des robes) :pleur: Le monde est finalement peu développé mais ce que l'autrice en dit est assez évocateur, tout semble bleu et vert. Néanmoins, je regrette l'absence de recherche dans les descriptions qui sont souvent redondantes (on retrouve tout le temps les mêmes fleurs par exemple ...) L'écriture était plate et ne servait ni ne desservait l'histoire. Le tout était prévisible mais j'ai trouvé la fin jolie.  En fait, à mon avis, ce livre manque de maturation.


    Ensuite, j'ai lu un livre recommandé chaudement par mon chéri, ainsi que par nombreuses personnes de goût en matière de littérature :P Le joueur d'échecs de Stefan Zweig. Et comme toujours, j'ai succombé à la plume de l'autrichien. Je crois que c'est le subtil mélange entre la fluidité de la langue, la simplicité du ton et le choix narratif de la confession qui donne ce ton intimiste.
    Comme si on nous susurrait une histoire à l'oreille, on nous confiait un secret, ni éblouissant ni choquant, mais humain... Et les sujets traités, toujours simples mais originaux ... Bref, j'aime beaucoup Zweig. :)

    Je reviens très vite pour vous parler de deux excellentes lectures dans deux genres différents : Le voile d'Isis - Essai sur l'histoire d'idée de la nature de Pierre Hadot et L'apprenti assassin de Robin Hobb.



    Bonnes lectures à vous :)

  • Sophisme

    Lecteur en pantoufles

    Hors ligne

    #102 15 Août 2018 16:43:41

    Bonjour,

    Ah Zweig :pink: Le joueur d'échec m'a beaucoup touché également, d'autant plus quand on connait l'histoire de l'auteur.
    Que lis-tu en ce moment?

    Bonnes lectures,
    Sophisme
  • Aelia

    Lecteur initié

    Hors ligne

    #103 25 Août 2018 14:07:15

    Hello !

    tu me redonnes envie de retenter Zweig ! Je crois avoir été un peu déçue lors de ma première lecture de cet auteur, mais on en avait tellement bien, que j'avais du placer la barre beaucoup trop haut, à une hauteur impossible à atteindre !

    Je me note le nom de l'autrice Charline Rose. Je ne tenterais sûrement pas ce roman, mais ce que tu en dis laisse à penser que l'autrice à une bonne marge de progression... donc à voir dans ces prochains romans, si prochains romans il y a ;)

    J'ai bien hâte de voir ton avis sur l'Assassin Royal ! :) Mais vu la note que tu lui as mis, je suppose que tu as adoré ! :D

    Dernière modification par Aelia (25 Août 2018 14:07:37)

  • Sophisme

    Lecteur en pantoufles

    Hors ligne

    #104 25 Août 2018 22:03:47

    Zweig a écrit tellement de choses que tu trouveras sûrement ton bonheur, Aelia ;)
  • Aelia

    Lecteur initié

    Hors ligne

    #105 26 Août 2018 11:42:20

    Je n'en doute pas ! Mais on m'a tellement survendu Zweig que j'ai beaucoup trop d'attente vis-à-vis de cet auteur. J'ai besoin d'oublier tout le bien qu'on m'a dit de lui avant de me plonger dans ces bouquins ;)
  • Sophisme

    Lecteur en pantoufles

    Hors ligne

    #106 26 Août 2018 12:57:10

    Je connais ;)
  • cocolanoix

    Apprenti Lecteur

    Hors ligne

    #107 11 Mai 2020 01:46:08

    Me revoilà !
    Et oui, je décide de m’y mettre à la fin du confinement... Quelle blague
    ( je crois que ça se passe de commentaire)

    Petit tour d’horizon des lectures récentes :

    J’ai lu récemment le second tome de Don Quichotte et que dire ...! Second tome qu’il a écrit en réaction à la parution d’un autre second tome de Don Quichotte, écrit par un petit malotru... (Qui plaçait Don Quichotte dans un asile à la fin de son histoire, autant vous dire que ce n’était pas une digne fin pour ce héros des temps modernes...)
    J’ai adoré tout le jeu de mise en abîme, la complicité qu’entretient le narrateur avec son lecteur, les réflexions sur le couple sagesse/folie, la métatextualité et surtout l’humour!! Et cette ferveur à tourner en ridicule les romans de chevalerie... Un régal !
    Il y a un petit air de Nasr Eddin Hodja, qu’on retrouve surtout à travers le personnage de Sancho et sa tendre relation avec son âne.
    La fin m’a légèrement pincé le cœur !

    C’était génial en vrai, je n’ai pas les mots!! :pink:

    J’ai lu des extraits de Schopenhauer. J’ai beaucoup aimé les extraits concernant L’art d’avoir toujours raison, c’était très instructif et malheureusement fort représentatif des débats qu’on retrouve dans la plupart des médias ... Schopenhauer décortique bien les mécanismes d’un débat mais sa conclusion est un tantinet déprimante... (et sans doute contestable).  Pour qu’un débat soit sain, il faut réunir plusieurs conditions. la première et pas des moindres : il faut que les participants soient honnêtes intellectuellement... ça commence mal haha :tetemur:
    Mais il évoque aussi le fait que deux individus dont le niveau d’érudition est trop éloigné, ne pourront pas débattre sereinement ensemble. En gros, pour lui, il faut connaître son adversaire et l’apprécier un minimum pour engager le débat. Sinon c’est presque à coup sûr la débandade! Ça se vérifie souvent malheureusement.
    Mais j’avais suivi une interview d’un chercheur libanais en neurobiologie qui expliquait que notre détermination à toujours vouloir tout comprendre et avoir toujours raison, serait dû aux mécanismes du cerveau... Cerveau qui a besoin de repères et choisit toujours la solution qu’il comprend plutôt que le doute et les questions. (Je ne sais pas si je suis très claire... je ne suis visiblement pas neurobiologiste haha.)

    Ensuite, j’ai lu une des plus célèbres pièces de Giraudoux, au titre fort emprunt d’ironie  La guerre de Troie n’aura pas lieu.
    On retrouve les personnages du mythe antique, d’un point de vue troyen, dans leur « intimité », avant que la guerre n’éclate. Giraudoux a choisi un moment inexploité de la vie des personnages, ce moment qui précède leur entrée dans la célébrité mythologique.

    La pièce est un mi chemin entre tragédie et opérette. C’est assez surprenant comme mélange, on peut y voir -dans une certaine mesure- l’influence de Shakespeare notamment.
    Giraudoux insiste particulièrement sur la fatalité qui pèse comme une ombre sur les personnages.
    Il y a de très belles réflexions sur la guerre (rien d’étonnant au regard de l’époque). Comme je m’y attendais, on retrouve de nombreuses incursions anachroniques, des références très précises à l’époque contemporaine de Giraudoux (les années 1930, l’Entre-deux-guerres). Je pensais que ce serait une tragédie aux échos du XXe siècle, une pièce concentrée uniquement sur la dénonciation des événements historiques (c’est déjà pas mal) mais force est de constater que je me suis salement fourvoyée ce n’est pas seulement une pièce qui répond à l’urgence de l’actualité de l’époque, c’est aussi un nouveau regard sur les personnages. Le couple Andromaque/Hector sort évidemment du lot, Hector étant le personnage principal, dont on suit la lutte pour la paix ... (Et on voit déjà dans l’usage de cet oxymore lutte/paix où ça mène ...)Mais Hécube frappe aussi par sa profondeur. Giraudoux en a fait un contre-poids fabuleux. Hélène est définitivement le personnage le plus déstabilisant.

    Les dieux sont totalement relégués au second plan, ils participent à cette pointe de fantaisie et de comique qui tranche avec le propos tragique.

    Et puis il y a toute cette construction en contrepoints et variations autour de la répétition du titre... Aura-t-elle lieu ? (C’est sûr qu’on a un coup d’avance en tant que lecteur, mais ça n’enlève rien à la tension dramatique)

    La fin relève le tout incroyablement !


    J’ai fait une petite pause avec un livre vraiment léger et plein d’intelligence : L’année du jardinier écrit par le tchèque Karel Capek. J’ai reconnu tous mes proches, amateurs de jardinage, dans ce petit almanach ! Je m’identifie personnellement à la secte des cactus haha On ressort de ce livre avec une merveilleuse image du jardin et un nouveau rapport au temps et à la terre. C’était drôle et poétique en prime !

    J’ai lu L’Eneide de Virgile. J’ai choisi une traduction plus ou moins au hasard... Aucun.e latiniste émérite ne passant par là pour m’aiguiller, j’ai pris la nouvelle traduction de l’historien Paul Veyne. Je n’ai pas vraiment d’éléments de comparaison, mais le texte se lit vraiment bien, j’ai été emportée par l’histoire ! c’est amusant de voir le mythe de fondation de Rome et comment Virgile parvient à le lier à la véritable histoire romaine et son actualité.
    Je suis fascinée par le personnage de Didon, j’espère la découvrir à travers d’autres lectures.
    Bon j’avoue, il y a aussi eu un creux de la vague. Ce moment, qu’on retrouve dans l’Iliade aussi, de pure narration épique, où il rapporte les combats entre des gens qu’on ne connaît pas (et dont on se fout un peu) ... Avec de précieux détails « Unteltroyen, fils du célèbre Trucmuche, embroche avec sa lame Machinchouette, lui transperçant ainsi le torse, faisant ressortir sa lame en diagonale, avec du sang partout et des boyaux qui tombent ».
    Je dois avouer que le combat entre les Troyens d’Enée et les Latins n’a aucun sens, puisqu’il est totalement fomenté par Junon... Il tombe vraiment comme un cheveu sur la soupe, son côté artificiel rend la chose presque absurde. Surtout au regard de la fin, qui est qualifiée de « théâtrale » ou « dramatique » plutôt qu’épique... personnellement ça m’a bien fait rire xD
    Mais, j’ajoute un énorme bémol pour la préface et les notes plus que douteuses... Paul Veyne nous explique qu’au contraire de L’Enéide, les grandes œuvres ne sont plus lues... Et il cite La divine comédie et Don Quichotte... (ironie du sort) Je ne sais pas d’où il tient ces informations... D’autant que ce forum prouverait plutôt le contraire.
    Mais surtout, il conchie Victor Hugo et Lamartine dans sa préface et porte aux nues Baudelaire, expliquant que lire Virgile, c’est aussi bon que lire Baudelaire... Quel est l’intérêt de dénigrer des œuvres pour mettre en valeur une autre ? C’est dommage, ça prouve le peu d’arguments qu’il détient pour nous faire lire et aimer Virgile...
    Et les notes anachroniques me sortent par les yeux.... Il évoque le style descriptif de Virgile comme étant proustien.... Je suppose que c’est censé faire glousser un certain public d’érudits ... Mais je trouve ça ridicule... Je ne comprends pas comment il a pu écrire de telles inepties dans une édition sérieuse... Mais sinon, le reste des notes portées sur des explications contextuelles est beaucoup plus intéressant (et pertinent).

    En ce moment, je lis le tome II du Sorceleur et Mauprat de George Sand.

    Bonnes lectures :)
  • Grominou

    Amazone/Guerrier des bibliothèques

    Hors ligne

    #108 11 Mai 2020 02:46:17

    Je ne sais pas de quand date cette préface, mais si ça date de 10 ou 15 ans, j'aurais tendance à dire qu'il avait assez raison pour l'époque.  J'ai remarqué un retour vers les classiques depuis seulement une dizaine d'années, j'ai l'impression que c'est venu avec l'apparition des liseuses qui ont donné le goût à des gens de numériser les œuvres du domaine publique...  Enfin, ça c'est mon interprétation!

    J'ai lu L'Énéide quand j'étais ado, j'avais aimé mais j'avais trouvé le style un peu ardu...  Peut-être que cette nouvelle traduction se lit mieux.

    Je te rejoins à 100% sur le tome 2 de DQ, j'ai adoré, encore meilleur que le tome 1 où j'avais décelé quelques longueurs.

    Bon retour sur les suivis, je m'abonne au tien!

    Dernière modification par Grominou (11 Mai 2020 02:46:34)

  • Chocomimi96

    Livraddictien débutant

    Hors ligne

    #109 11 Mai 2020 14:44:32

    Coucou <3

    Très contente de te lire (oui je te l'ai déjà dit hier soir, et alors ? hihi :pink: )

    J'ai vraiment envie de reprendre ma lecture de Don Quichotte ! J'ai très hâte de pouvoir en discuter avec toi hihi

    Tu me donnes également envie de lire la pièce de Giraudoux :3

    Des bisous et de l'amour !
  • cocolanoix

    Apprenti Lecteur

    Hors ligne

    #110 12 Mai 2020 17:56:14

    Grominou a écrit

    Je ne sais pas de quand date cette préface, mais si ça date de 10 ou 15 ans, j'aurais tendance à dire qu'il avait assez raison pour l'époque.  J'ai remarqué un retour vers les classiques depuis seulement une dizaine d'années, j'ai l'impression que c'est venu avec l'apparition des liseuses qui ont donné le goût à des gens de numériser les œuvres du domaine publique...  Enfin, ça c'est mon interprétation!

    J'ai lu L'Énéide quand j'étais ado, j'avais aimé mais j'avais trouvé le style un peu ardu...  Peut-être que cette nouvelle traduction se lit mieux.

    Je te rejoins à 100% sur le tome 2 de DQ, j'ai adoré, encore meilleur que le tome 1 où j'avais décelé quelques longueurs.

    Bon retour sur les suivis, je m'abonne au tien!


    La préface est récente ! Elle date de 2016 si je ne m’abuse! Je ne saurais me prononcer quant au retour vers les classiques, je te fais confiance.
    En soi, que les classiques soient peu lus n’a  rien de très étonnant. Même si on peut émettre une nuance, puisque d’un point de vue universitaire, les deux œuvres qu’il cite sont des œuvres très étudiées encore aujourd’hui. Mais ce qui m’a dérangée, c’est sa façon de présenter les autres grandes œuvres des siècles passés comme surannées et difficiles à lire... Or on voit bien qu’il y a plus de plaisir à lire Don Quichotte pour un lecteur du XXIe siècle que l’Enéide :P Mais là aussi, c’est mon interprétation!
    Bon en vérité, il a le mérite de rendre, avec sa traduction, le texte très accessible ! :)

    Merci d’avoir pris le temps de me lire :)

    Chocomimi96, j’espère que la lecture du Don Quichotte te procurera autant de plaisir qu’à moi :D


    Je m’aperçois que j’ai oublié d’évoquer un point concernant Schopenhauer. J’ai bien envie de poursuivre la découverte de son œuvre, parce que sa plume littéraire est très agréable (ce qui n’est pas toujours le cas chez les philosophes). D’autant plus que j’aime à voir son influence en littérature, notamment chez Maupassant. Même si sa théorie misogyne prête plus à sourire qu’à réfléchir... J’ai découvert qu’il y avait matière à faire du biographisme aussi, ce serait intéressant de creuser !

    J’ai bientôt terminé le tome II du Sorceleur.

    Bonnes lectures à vous ! :)