La littérature et les dieux

de Roberto Calasso (2002)

Synopsis

Moyenne

14.5

2 votes

MOYEN

Les dieux sont les hôtes fugitifs de la littérature. Ils la traversent, laissant leurs noms dans leur sillage. Mais ils la désertent très vite.
Presque tous les poètes du XIXe siècle et la plupart de ceux du XXe, des plus médiocres aux plus sublimes, ont écrit des poésies où les dieux sont nommés : à cause d'une habitude scolaire séculaire ; ou pour paraître nobles, exotiques, païens, érotiques, érudits, voire tout simplement poétiques. Qu'Apollon soit nommé au lieu d'un chêne ou de l'écume des mers ne change rien à l'affaire : ce sont les termes du lexique littéraire, polis par l'usage.
Il fut pourtant une époque où les dieux, loin d'être en premier lieu une habitude littéraire, étaient un événement, une apparition soudaine, comme la rencontre avec un bandit ou le surgissement d'un navire.
Tout a commencé avec Homère.
Tout commence donc par la question : comment, dans ses vers, cet événement est-il nommé?

Titre original : La letteratura e gli dei (2001)

1 édition pour ce livre

2013 Editions Gallimard (Tel)

Française Langue française | Traduit par Jean-Paul Manganaro | 196 pages | Sortie : 7 Février 2013

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

0 commentaire

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !