[A. Denier& E. Descamps] Comment sait-on qu’on a l’âme d'un écrivain ?

  • Nathalie

    Livraddict Team

    Hors ligne

    #91 04 Novembre 2011 21:17:00

    C'est beau d'être heureux de bout en bout !  Quelle passion  :)  Merci à vous deux de vos réponses !
  • climber_eric

    Apprenti Lecteur

    Hors ligne

    #92 04 Novembre 2011 21:18:39

    @Nelfe: La page blanche / l'écran blanc :-)

    J'adore ce moment. Pour éviter d'hésiter trop longtemps, j'attends d'énoncer quelque chose à voix haute, et puis, je me lance.

    Je commence parfois par choisir une petite phrase d'intro, piquée à un auteur que j'aime (ou pas), qui donne le ton.

    Exemple:

    "Putain, ça penche
    On voit le vide à travers les planches
    (Souchon)"

    La première phrase est venue toute seule:

    "Le moins que l'on puisse dire est que la journée de Dephine avait mal commencé"

    Le reste a coulé à la vitesse grand V!
  • reveanne

    Petit joueur sur les mots

    Hors ligne

    #93 04 Novembre 2011 21:19:27

    Nelfe a écrit

    J'en viens à ma question: Comment se passe le début d'un roman? Le tout début. Celui où on se retrouve en face de la page blanche et qu'on doit écrire LA première phrase. Est-ce angoissant? Même si on a une trame bien précise, la première phrase vient-elle "toute seule"?


    Le moment où je tape la première phrase est, pour moi, un moment d'euphorie. J'adore débuter une nouvelle histoire!
    (mais soit dit en passant, le moment où je me retrouve face à la page blanche pour commencer la rédaction n'est pas le premier pas de mon roman; J'écris synopsis/plan/descriptif avant.)
    L'angoisse elle vient après. Elle monte insidieusement tout au long de l'écriture, jusqu'à la phase de correction où ce n'est plus de l'angoisse mais une psychose paranoïaque qui me donne des pulsions suicidaires entre deux crises de larmes.

  • Nelfe

    Cauchemar des auteurs

    Hors ligne

    #94 04 Novembre 2011 21:21:01

    Pas d'angoisse donc à ce moment?
    En même temps, vous avez raison, il faut bien se lancer :)

    Merci pour vos réponses.
  • climber_eric

    Apprenti Lecteur

    Hors ligne

    #95 04 Novembre 2011 21:21:11

    reveanne a écrit

    Nelfe a écrit

    J'en viens à ma question: Comment se passe le début d'un roman? Le tout début. Celui où on se retrouve en face de la page blanche et qu'on doit écrire LA première phrase. Est-ce angoissant? Même si on a une trame bien précise, la première phrase vient-elle "toute seule"?


    Le moment où je tape la première phrase est, pour moi, un moment d'euphorie. J'adore débuter une nouvelle histoire!
    (mais soit dit en passant, le moment où je me retrouve face à la page blanche pour commencer la rédaction n'est pas le premier pas de mon roman; J'écris synopsis/plan/descriptif avant.)
    L'angoisse elle vient après. Elle monte insidieusement tout au long de l'écriture, jusqu'à la phase de correction où ce n'est plus de l'angoisse mais une psychose paranoïaque qui me donne des pulsions suicidaires entre deux crises de larmes.


    On se rejoint dans l'euphorie du début :-)
    Mais dis-donc, après, tu vis ça à leur de peau on dirait!

  • Nelfe

    Cauchemar des auteurs

    Hors ligne

    #96 04 Novembre 2011 21:23:12

    Un début de roman doit être effectivement très euphorisant! Rien n'est encore écrit, tout est possible. Un moment plein de promesse en somme.
  • climber_eric

    Apprenti Lecteur

    Hors ligne

    #97 04 Novembre 2011 21:24:44

    Nelfe a écrit

    Un début de roman doit être effectivement très euphorisant! Rien n'est encore écrit, tout est possible. Un moment plein de promesse en somme.


    On peut parler de premier baiser :-)

  • Nelfe

    Cauchemar des auteurs

    Hors ligne

    #98 04 Novembre 2011 21:25:18

    Oui c'est vrai ^^

    Et maintenant que j'y pense, je pourrai poser la même question concernant la fin.
    Trouvez-vous facilement la phrase de fin. Vient-elle naturellement? Vous dites-vous qu'il faut une phrase de fin qui marque? Revenez-vous dessus?
  • reveanne

    Petit joueur sur les mots

    Hors ligne

    #99 04 Novembre 2011 21:25:43

    climber_eric a écrit

    reveanne a écrit

    Le moment où je tape la première phrase est, pour moi, un moment d'euphorie. J'adore débuter une nouvelle histoire!
    (mais soit dit en passant, le moment où je me retrouve face à la page blanche pour commencer la rédaction n'est pas le premier pas de mon roman; J'écris synopsis/plan/descriptif avant.)
    L'angoisse elle vient après. Elle monte insidieusement tout au long de l'écriture, jusqu'à la phase de correction où ce n'est plus de l'angoisse mais une psychose paranoïaque qui me donne des pulsions suicidaires entre deux crises de larmes.


    On se rejoint dans l'euphorie du début :-)
    Mais dis-donc, après, tu vis ça à leur de peau on dirait!


    Et tu n'imagine pas le stress quand j'attends un chronique sur un blog.

    Sinon on va dire que passer 3 ans dans l'ambiance sombre, lourde et malsaine telle que celle de Côté face et sa suite, ça n'aide pas non plus à  voir le bon côté du monde.

    Dernière modification par reveanne (04 Novembre 2011 21:26:09)

  • climber_eric

    Apprenti Lecteur

    Hors ligne

    #100 04 Novembre 2011 21:30:08

    @Nelfe: les histoires courtes, je les terminais souvent par une petite pirouette scénaristique, cela venait naturellement. Pour mon premier roman, je ne savais pas trop... lorsque l'épilogue a pointé le bout de son nez, j'au dû refermer un à un les pans de mon histoire, qui étaient nombreux (disons un par personnage principal, à peu près). J'ai gardé le plus étrange pour le dernier paragraphe.

    Donc, oui, on garde le meilleur pour la fin... avec la satisfaction que l'on peut éprouver lorsque l'on rentre après un long voyage :-)