[Suivi lecture] Tomisika

 
  • vuhj

    Tourneur de pages compulsif

    Hors ligne

    #171 26 Mars 2016 16:45:29

    Qu'est-ce que tu vas lire maintenant ? ^^
  • Tomisika

    Marin sur les mers du savoir

    Hors ligne

    #172 23 Avril 2019 00:10:25

    Bonjour, je fais mon retour sur LA, après plusieurs mois d'absence. Puisque mon blog est en pause, je vais reprendre le partage de mes lectures ici et serai ravie de pouvoir échanger avec certains qui ont lu ou lisent la même lecture.
    J'ai repris Gomorra de Roberto Saviano et j'en suis à la page 100.
    Le récit est documenté, et parfois affolant (comme le passage sur l'acide). Il demande un certain temps de concentration.
    Un peu plus tôt dans la journée, j'ai fini Partir, le récit d'une femme qui a souhaité tout quitter pour refaire sa vie ailleurs. Lecture sympa mais grosse déception sur les commentaires élogieux en 4e de couv : ce n'est pas un thriller, plutôt un drame contemporain. Et pour le côté page turner, mon sentiment est mitigé. Il faut attendre 100 pages pour une mise en route. Et même si le récit surprend sur la fin, et s'avère divertissant, il ne m'a pas emmené là où je me préparais à aller à cause, justement, des propos survendeurs de la couverture.
  • Tomisika

    Marin sur les mers du savoir

    Hors ligne

    #173 01 Juin 2019 18:55:04

    Un peu plus d'un mois plus tard, j'ai terminé le livre Aventures chez les transhumanistes de Mark O'Connell. Ce livre m'a rendue curieuse, raison pour laquelle j'ai mis un point d'honneur à en finir la lecture. Mais peut-être le sujet ne me passionnait-il pas car j'y ai passé plus d'un an. Son contenu est dense, riche d'informations précises, avec de nombreuses références de textes et d'identités. J'ai apprécié de prendre connaissance des différentes facettes  et croyances du transhumanisme. En le refermant, j'ai pris conscience que nous étions déjà envahis au quotidien par les  technologies et qu'elles étaient pour nous comme une béquille. Que c'était aussi à nous de déterminer quelle emprise et dépendance nous voulions avoir avec elles.

    Je viens de tourner la dernière page du livre Les égarés de Lori Lansens, récit dans lequel on suit quatre personnes perdues dans une montagne pendant cinq jours. On sait qu'une du groupe ne survivra pas, mais laquelle ? Ce roman était prenant à plusieurs niveaux, tant dans l'histoire personnelle de Wolf, qui se livre à nous au fil des chapitres, que dans les efforts réalisés pour survivre dans la forêt. La description des paysages, et des scènes est brillante, on a le cœur palpitant à la lecture de nombreux passages. Et la fin... nous laisse soufflée. Un beau roman.

    Autre mise à jour de la journée, qui s'est avérée productive en termes de lecture. J'ai fini Dans la combi de Thomas Pesquet de Marion Montaigne que j'ai A-DO-RE. Il est enrichissant et très drôle, et aussi très vulgarisateur. J'ai énormément apprécié de plonger dans la vie d'un astronaute et de revivre les moments intenses des péripéties de Thomas Pesquet. Un incontournable pour ceux qui s'intéressent à l'espace !

    C'est aussi la fin de Dédale (intégrale) de Takamichi. Je l'ai laborieusement débuté. En effet, j'en ai lu un cinquième avant de le reposer pendant de nombreux mois. Et aujourd'hui, je l'ai repris sans ressentir l'ennui et la platitude qui me l'avait fait reposer. Peut-être me manquait-il un peu d'humain pour m'attacher aux deux héroïnes, ou alors n'étais-je pas dans l'humeur adéquate pour le poursuivre. Il faut dire que je n'avais pas autant lu avec autant de facilité depuis de nombreuses semaines.
    J'ai apprécié la facette gamer, geek du manga et l'état d'esprit du personnage, qui possède une personnalité atypique et différente.

    Ce jour, j'ai acheté le dernier Society (magazine que j'adore), Le peuple contre la démocratie de Yascha Mounk et Des balles et de l'opium de Liao Yiwu.
    Rendez-vous bientôt (j'espère).

    Pour la suite, je vais continuer d'avancer dans mes lectures entamées pour alléger un peu la PALE (pour Pile à livres entamés).

    Dernière modification par Tomisika (09 Juin 2019 16:23:33)

  • Tomisika

    Marin sur les mers du savoir

    Hors ligne

    #174 19 Juin 2019 00:19:23

    Bonsoir !

    J'ai acheté trois livres vendredi, le dernier a été lu aujourd'hui.

    Tout d'abord Charmer, s'égarer et mourir de Christine Orban.
    L'auteure a décidé d'explorer à nouveau la vie de Marie-Antoinette pour tenter de decrypter qui était cette femme. On y découvre une enfant, puis une adulte sans réelle culture politique, infantilisée par sa mère et dans l'impossibilité de prendre de la hauteur. Elle n'imaginait pas devoir passer sa vie sous surveillance constante, être en proie aux stratégies, luttes de pouvoir et complots. Chaque chapitre aborde des thématiques précises : l'affaire du collier, la relation conjugale, le Trianon, ou l'emprisonnement. Elle y apparaît comme une femme éduquée dans la convenance mais pas intellectuellement. Elle n'a d'ailleurs jamais éprouvé le desir de parler avec des philosophes, peut-être n'était-elle pas éveillée. Christine Orban y évoque aussi son attachement, et donne des éclairages sur son travail de recherche. C'était intéressant.

    La fille de la supérette de Sayaka Murata. Là encore, court récit d'une Japonaise ayant du mal à s'adapter à la société. À 36 ans, elle continue de travailler à temps partiel dans une supérette (konbini), un job qu'elle avait débuté étant étudiante. Je ne suis pas spécialiste mais la jeune femme semble presenter des signes d'autisme, au niveau de son analyse de son environnement et de cette volonté de mimetisme pour integrer la société. Elle est et se sent incomprise, forcée de rentrer dans des cases au risque d'être perçue avec suspicion. Je ne suis pas persuadée que ce mal être soit propre au Japon, mais peut-être est-il plus difficile de le vivre dans une société où le conformisme est bien vu. J'ignore en vérité quelle place est laissée aux autistes dans ce pays. Quoiqu'il en soit, la jeune femme assimile les codes pour tenter de se fondre dans la masse et identifie aussi que l'ensemble de son entourage le fait, visiblement avec plus de spontanéité. Au final, elle a quand même une place dans ce monde, il lui suffit d'ouvrir les yeux et d'aller dans ce sens. Mais évidemment, il est difficile de s'en rendre compte par soi-même, sans miroir positif. Distrayant et intéressant aussi, notamment car cela apporte des éléments pertinents sur notre fonctionnement (la nécessité des codes, de partager des traits communs pour se sentir en sécurité).

    Les dévorantes de Marinca Villanova. La thematique m'intéressait : celle de l'absence d'amour maternel et de l'opposition dévorante-dévorée. On suit trois générations de femmes, et la transmission de cette indifférence à l'enfant qui vient de naître, puis à cette méchanceté qui en découle entre les mère et fille. Le récit est froid, et d'après les lectures de certains chroniqueurs, peut laisser de marbre. Cependant, pour toutes les personnes ayant un lien fragilisé avec leur mère, ce peut être une sorte de piste pour comprendre comment un désamour a pu prendre racine, et avancer pour ne pas le reproduire. Évidemment, si vous cherchez à vous identifier aux personnages, vous serez déçu. Car l'auteure explore le mecanisme de la conception de cette defaillance. C'est franc, avec des personnes qui ne sont pas à leur avantage. Mais une fois le récit terminé, il suffit de prendre le temps de réfléchir pour comprendre comment la situation a pu en arriver là.
    C'est une sujet rarement abordé, celle de la femme qui enfante par contrainte, pour être dans la norme, et aussi la menace de l'isolement qui pousse à la dépréciation. Un récit surprenant et dur, mais qui semble basé sur des histoires de vie réelles.

    Dernière modification par Tomisika (19 Juin 2019 08:33:22)

  • MyFloXyBabY

    Aventurier des manuscrits perdus

    Hors ligne

    #175 19 Juin 2019 00:43:33

    J'ai justement La fille de la supérette dans ma PAL, il a l'air bien, surtout maintenant que je sais que le personnage principal est plus ou moins autiste, j'adore ce genre de livre, genre la saga Don Tillman est très drôle. :)
    J'ai du être autiste dans une autre vie. Mais dans celle là je suis juste un nerd. :tim:
  • Piplo

    Surfeur des couvertures

    Hors ligne

    #176 22 Août 2019 14:27:03

    Coucou,
    As-tu eu des coups de coeur cet été??