[King, Stephen] Shining

 
  • BloodyFace

    Lecteur timide

    Hors ligne

    #111 07 Août 2018 12:23:56

    Marinette a écrit:

    Un classique de King qui m'a beaucoup plu, même si tout ne m'a pas surprise, ayant vu quelques extraits de la mini-série. Plus qu'à la regarder entièrement et à voir le film, qui a l'air d'avoir marqué beaucoup de monde. Bon, il y a quand même quelques longueurs au début.

    Entièrement d'accord avec ton avis, j'ai eu un peu de mal avec le début. Mais au final, ça nous permet d'apprécier le reste de l'histoire.
    En tout cas, ça se lit tout seul ! :)
  • La rêveuse ~

    Lecteur initié

    Hors ligne

    #112 11 Août 2018 10:37:39

    Ce n'est pas le premier que j'ai lu de Stephen King; cela dit il m'a bien marquée quand-même.

    Des frissons du début à la fin, autant dans le livre que dans le film, c'est plus du point de vue psychologique je dirais.
    Le film est un chef d'oeuvre lui aussi, avec un excellent jeu d'acteur de Nicholson.
  • Sheldzio

    Néophyte de la lecture

    Hors ligne

    #113 11 Août 2018 12:56:28

    En ce qui me concerne, Shining reste le meilleur King. Il y met tout ce qu'on attend de lui.
    Frissons, intelligence, personnages fouillés et captivants, une histoire bien ficelée.
    Au point que dans un hôtel irlandais à la moquette fournie, je me suis exclamée "Redrum"...
    Quand on aime.... :lol::lol::lol:
  • BsYoann

    Livraddictien débutant

    Hors ligne

    #114 22 Novembre 2018 11:45:18

    Sans aucun doute mon Stephen King préféré.
    Ce n'est pas le premier que j'ai découvert, loin de là, mais c'est sans doute le plus représentatif de l'œuvre du maître.

    Contrairement à la très mauvaise adaptation cinématographique, l'intérêt du livre réside dans sa façon dont la solitude, l'isolement et les démons intérieurs font qu'un homme, le plus banal, puisse être conduit à la folie. Il y a dans le film un oubli de l'essence même du livre : Jack Torrance n'est pas fou. C'est l'alcool, l'isolement et les fantômes qui le rendent fou jusqu'à l'apothéose finale.
    C'est d'autant plus vrai que dans sa suite aux allures de thèse naturaliste, Doctor Sleep, Danny a hérité des addictions de son paternel.
    Les longueurs évoquées plus haut, ne sont à mon sens, pas de vraies longueurs, c'est simplement que chez King le cadre du récit prend une importance plus capitale que l'action. Les longueurs servent donc à poser un cadre, à rendre les personnages les plus réalistes et fouillés possible. C'est aussi monnaie courante dans la bibliographie de Stephen King : le récit prend son temps, parfois énormément.


    Comme l'évoque Sheldzio juste au dessus, il y a dans Shining une force dingue : l'Overlook correspond à environ tous les hôtels aux longs couloirs que l'on peut fréquenter, si bien qu'un "hôtel à la Shining" est devenue une expression courante. :lol: car après tout, le personnage principal de cette œuvre c'est bien lui et ses habitants.
  • RoAd

    Livraddictien débutant

    Hors ligne

    #115 22 Novembre 2018 12:12:35

    Comme la plupart d'entre vous, j'ai adoré ce roman de Stephen King ! Il est d'une intelligence folle et d'une réalité saisissante.

    Ce qui m'a le plus marqué, c'est cette ambiguïté, ce jeu entre le "normal" et le "paranormal". La frontière est mince et parfois difficilement cernable. A tel point qu'on ne sait pas si les manifestations paranormales le sont réellement ou si elles sont le fruit de l'imagination des personnages (Tony est-il réel ou est-ce simplement un ami imaginaire de Dany ?).

    En plus de cela, bien que l'histoire de fantômes et d'hôtel hanté par ses ex-clients soit effrayante, il m'a frappé que le plus terrifiant est finalement le réel lui-même : les névroses de Jack, son alcoolisme, ses accès de fureur, la misère sociale, la corruption, le racisme... Tous ces éléments, bien réels dans notre monde, sont d'une terreur glaçante.

    Le dernier point que j'ai retenu, c'est la manière dont le déroulement des événements n'est pas tout à fait inéluctable. A chaque chapitre du début de l'ouvrage, on se dit ''mais pourquoi ils y vont !? Pourquoi ils continuent !? Pourquoi ils ne fuient pas !?". La réponse est simple : ils n'ont pas le choix. Leur situation économique et sociale les obligent à résider dans cet hôtel. Jusqu'aux premières chutes de neige, où là, le choix ne leur est plus permis. Il est trop tard, ils sont isolés du monde.

    Bien plus qu'un thriller, cet oeuvre de King fait réfléchir. Elle est engagée d'une manière subtile et non racoleuse.
  • BsYoann

    Livraddictien débutant

    Hors ligne

    #116 22 Novembre 2018 12:31:55

    Tu as entièrement raison et concernant le dernier point, comme presque toute l'œuvre de King, le fantastique ou l'horreur ne sert qu'un prétexte : dénoncer.
    Dans Dolores Claiborne on a la dénonciation de l'Amérique et de la façon dont vivent les femmes pauvres dans une société capitaliste, dans Shining c'est exactement la même chose mais transposé à l'entièreté d'une famille dont la précarité est directement liée à la condition sociale et de santé du père : la rage qu'il exprime à voir les autres réussir mieux que lui, cette page blanche dont il n'arrive à à se défaire et cette envie immodérée de la boisson. Je le vois comme une critique d'une société qui s'est perdue : la réussite est devenu un critère ultime pour juger "qui compte", ce besoin de reconnaissance qui devient maladif. Il y a aussi l'alcoolisme qui, je crois, est une façon de dire que la pauvreté conduit à l'addiction pour fuir un quotidien miséreux : King a vécu cela personnellement, il a écrit Shining en étant le plus souvent sous l'emprise de l'alcool, il a également connu la pauvreté au point de vivre en caravane sans pouvoir acheter de médicaments pour soigner son fils. Tout cela joue et permet à des personnages réalistes de vivre, de mourir aussi, en dénonçant.


    Il y a aussi l'apparition, dans Shining, de quelque chose que l'on verra très souvent chez Stephen King : la figure paternelle ( très absente dans son enfance ) qui devient ici une tradition : Dick avec Danny, Danny avec Abra dans Doctor Sleep.
    Dans de très nombreux autres romans du maître on trouvera cette figure là également (comme Jud qui conduira Louis au cimetière dans Pet Sematary par exemple).

    (Je pourrais faire une thèse sur ce bouquin =D)

    Dernière modification par BsYoann (22 Novembre 2018 13:10:40)