Partenariats

Les blogueurs sélectionnés pour le dernier partenariat Folio sont annoncés sur le forum ! Bonnes lectures à tous :)

[Chanson douce - Mars 2017] Personnages

  • Salem

    A la découverte des livres

    Hors ligne

    #21 29 Mars 2017 20:16:15

    Vinushka a écrit:

    Pour Paul, il y a aussi l'épisode de la nage. Comme s'il avait ressenti un énorme malaise de voir Louise ramener toute sa misère en vacances... Je ne me souvenais plus que c'était lui qui avait fait la crise sur les probs financiers. En fait, à chaque fois que Myriam s'interroge, il a une réaction qui précipite les "mauvais choix" du couple vis-à-vis de leur relation avec la nounou.

    J'avais oublié le passage de la nage ! Pourtant il est important. Oui, il est mal à l'aise parce que c'est comme si on l'obligeait à ouvrir les yeux sur Louise, qui n'est pas parfaite, contrairement à ce que ça l'arrange de croire. Il l'infantilise encore plus dans ce passage. Même si c'est gentil de faire ça, il le fait car il s'y sent contraint et forcé.
  • BettieRose

    Administrateur

    Hors ligne

    #22 29 Mars 2017 21:14:29

    Qu'avez-vous pensé des personnages?
    Je disais dans le sujet général que j'aurais aimé plus de profondeur dans la psychologie des personnages. Toutefois, ils sont très authentiques, nous paraissent réels et accessibles. Chacun avance des pions dans le grand échiquier du drame sans même s'en rendre compte.
    J'avoue avoir eu un peu de mal à apprécier la maman mais sans juger. Nous sommes dans une société où le travail prime sur la parentalité et nous pouvons comprendre le confort de se reposer sur une "perle" comme ils trouvent. Le père n'est pas forcément très investi non plus mais pareil...

    Par exemple, qui à votre avis est responsable de cette fin tragique ?
    Il n'y a pas un seul responsable. C'est, pour moi, un ensemble d'existences qui se percutent à un certain moment et avec le vécu de chacun, ça déborde et crée le drame. Bien entendu il y a la personne qui comment l'acte qui sera forcément jugée la plus responsable de tout cela et on peut se demander quel degré de culpabilité va affecter les parents dans cette histoire.
  • Light And Smell

    Lecteur initié

    Hors ligne

    #23 29 Mars 2017 21:21:45

    Je partage vos avis par contre j'ai été très gênée par le changement brutal de Myriam dès qu'elle reprend le travail. Elle passe d'un extrême à l'autre, de la mère obnubilée par ses enfants à celle qui en confie l'entière responsabilité à une étrangère.  Je sais qu'elle est soulagée de reprendre un travail, mais ça ne semble pas vraisemblable de changer autant...

    C'est comme si elle devenait étrangère à sa propre famille ou qu'elle se plaçait presque en position d'enfant vis-à-vis de Louise qui prend les pleins pouvoirs sur la gestion de la vie quotidienne de la famille. L'absence d'implication de Paul dans la vie de famille n'arrangeant pas les choses...
  • Nathalie

    Livraddict Team

    Hors ligne

    #24 29 Mars 2017 21:22:23

    BettieRose a écrit:

    Nous sommes dans une société où le travail prime sur la parentalité et nous pouvons comprendre le confort de se reposer sur une "perle" comme ils trouvent. Le père n'est pas forcément très investi non plus mais pareil...

    Pas sûre que "le travail prime sur la parentalité", j'ai plutôt l'impression qu'on te critique quoi que tu fasses : si tu choisis d'avoir des enfants et de t'en occuper à temps plein on te critique d'avoir choisi "la facilité", si tu t'épanouis plutôt dans les challenges professionnels (ce qui est clairement le cas avec Myriam qui a aussi essayé d'être mère au foyer et a détesté ça), alors on te critique soit d'être égoïste si tu n'as pas d'enfants, soit d'être une mauvaise mère si tu les confies à quelqu'un d'autre pour pouvoir travailler. Je dois dire que c'est ce dilemme qui me fait apprécier Myriam : elle est clairement déchirée entre son bonheur et son devoir, sans cesse. Comme on l'a dit son mari n'a pas cette responsabilité, il peut faire ce qu'il veut, mais elle, elle s'en prend plein la tête. La scène où sa belle-mère la critique jusqu'à la faire pleurer parce qu'elle est "une mauvaise mère" est représentative. Ce n'est pas une personnage que j'apprécierais en réalité, mais j'ai beaucoup pitié d'elle, elle représente le problème que vivent beaucoup de femmes modernes.
  • Riz-Deux-ZzZ

    Collectionneur de pages

    Hors ligne

    #25 29 Mars 2017 21:37:50

    MaToutePetiteCulture a écrit:

    Malgré tout cela, la seule vraie coupable reste bien évidemment cette satanée Louise, si inadaptée socialement qu'elle a l'ultime lâcheté de détruire une famille avant qu'elle ne se retrouve une nouvelle fois seule et face à ses problèmes.

    Je ne suis pas d'accord avec ça.
    Son passé a fait d'elle la personne très fragile qu'elle est devenue lorsqu'on la rencontre.
    Honnêtement, à mon sens, les plus fautifs sont les parents et je rejoins C'era una volta là-dessus :

    Rien n'est tout blanc tout noir avec ces personnages, même si pour moi l'instabilité émotionnelle et psychologique de Louise a su quelque part être "exploitée" par ces parents qui ont pu "briller en société"  grâce au fait qu'elle se soit dévouée pour eux corps et âme.

    Pour laisser passer des détails tels que la fameuse histoire du poulet ou même déjà l'épisode de la morsure sur l'épaule de la petite... Il faut vraiment faire semblant de ne pas voir. Avoir une nounou est un confort pour eux et un signe de "richesse" (ce n'est pas le mot mais je ne le trouve pas), pour montrer aux autres qu'ils sont parfaits avec leurs enfants, leurs vies professionnelles épanouissantes, leurs vacances au soleil, etc.
  • sevebook

    Livraddictien débutant

    Hors ligne

    #26 29 Mars 2017 21:41:39

    Je suis d'accord avec vous concernant le personnage de Paul ! Pour moi il représente un peu la pression sociale exercée sur les femmes aujourd'hui :
    - il y a celle qui s'occupe des enfants, dévouée qui tombe parfois dans le cliché de la ménagère parfaite. Elle est sur un pied d'estale, intouchable, vénérée. Pourtant cette iconisation  dissimule aussi l'idée de soumission et du mépris.
    - il y a celle qui ne peut s'épanouir uniquement dans son rôle de mère. Elle choisit donc de poursuivre sa carrière et se retrouve culpabilisée, déchirée entre ces 2 désirs.

    Il y a Paul, le mari qui trouve sa femme attirante lorsqu'elle reprend sa vie professionnelle mais frustrante également. On sent qu'il aurait préféré qu'elle reste à la maison et ne valorise pas sa carrière.
    Il y a le collègue de Myriam qui reconnait davantage son individualité en tant que femme mais considère peu la mère.  J'ai ressenti ce clivage dans le livre. Pourtant, on ressent que Myriam est très maternelle lorsqu'elle retrouve ses enfants et se bat au quotidien pour réunir ces 2 aspects féminins.

    Une autre dimension du livre m'a interpellée : l'attitude du patron envers son employée. Peut on toujours se réfugier derrière un contrat, une pseudo distance professionnelle alors que les limites semblent largement avoir été franchies avec la nounou ? Le couple semble utiliser ce prétexte pour se donner bonne conscience. Il voudrait réduire Louise à sa fonction, sans se préoccuper de la personne. Jusqu'où ne doit on pas se sentir concerné par les problèmes d'autrui ? Pour moi, c'est une critique de notre société individualiste. On retrouve le manque d'authenticité dans le rapport à l'autre, les liens superficiels sous l'apparente gentillesse du couple vis à vis de Louise. Myriam et Paul s'intéresse peu à la personne de Louise, elle existe uniquement à leurs yeux dans la satisfaction narcissique qu'elle leur apporte.
  • Nathalie

    Livraddict Team

    Hors ligne

    #27 29 Mars 2017 21:45:38

    Vous êtes durs avec ces parents quand même  :(  Ils ont beaucoup de défauts mais je pense qu'ils ne se sont pas du tout rendus compte de la gravité des choses, c'est une erreur de jugement plutôt que de personnalité.  Et je n'ai pas vraiment eu l'impression en lisant ce roman qu'ils avaient envie de "paraître", de montrer aux autres qu'ils sont parfaits ; simplement ils n'arrivent pas à s'épanouir dans une vie de famille. Clairement Myriam n'est pas le genre de mère qui sait instinctivement ce qu'il faut faire, elle a l'impression de ne pas savoir comment gérer ses enfants, et elle est très malheureuse dans le rôle de mère au foyer. Tandis qu'à l'inverse, Louise sait tout de suite trouver comment plaire à la petite fille et comment faire en sorte que les enfants se comportent convenablement (même si elle joue un peu la comédie et est parfois débordée aussi). Quant au père, il dit clairement avant la naissance de sa fille qu'il a l'intention que ça ne change rien à sa vie... Tout le monde n'a pas le "don" pour être parents et dans une situation comme la leur c'est peut-être une bonne chose pour tout le monde qu'ils embauchent une nounou. Il vaut mieux une nounou et des parents heureux que des parents malheureux  :(
  • sevebook

    Livraddictien débutant

    Hors ligne

    #28 29 Mars 2017 21:48:12

    Autre chose me revient : Louise a bien une fille qu'elle a plutôt laissé livrée à elle même si je me souviens bien... Finalement les personnages féminins sont dans une recherche de reconnaissance et en oublient leur propre vie.

    Dernière modification par sevebook (29 Mars 2017 21:49:04)

  • Riz-Deux-ZzZ

    Collectionneur de pages

    Hors ligne

    #29 29 Mars 2017 21:54:19

    Nathalie a écrit:

    Vous êtes durs avec ces parents quand même  :(  Ils ont beaucoup de défauts mais je pense qu'ils ne se sont pas du tout rendus compte de la gravité des choses, c'est une erreur de jugement plutôt que de personnalité.  Et je n'ai pas vraiment eu l'impression en lisant ce roman qu'ils avaient envie de "paraître", de montrer aux autres qu'ils sont parfaits ; simplement ils n'arrivent pas à s'épanouir dans une vie de famille. Clairement Myriam n'est pas le genre de mère qui sait instinctivement ce qu'il faut faire, elle a l'impression de ne pas savoir comment gérer ses enfants, et elle est très malheureuse dans le rôle de mère au foyer. Tandis qu'à l'inverse, Louise sait tout de suite trouver comment plaire à la petite fille et comment faire en sorte que les enfants se comportent convenablement (même si elle joue un peu la comédie et est parfois débordée aussi). Quant au père, il dit clairement avant la naissance de sa fille qu'il a l'intention que ça ne change rien à sa vie... Tout le monde n'a pas le "don" pour être parents et dans une situation comme la leur c'est peut-être une bonne chose pour tout le monde qu'ils embauchent une nounou. Il vaut mieux une nounou et des parents heureux que des parents malheureux  :(

    Clairement, je n'ai pas le don !! :lol:
    Je pense que l'interprétation est également très différente entre une femme sans enfant, une mère, un homme sans enfant, un père, etc. C'est Nelfe il me semble qui disait que chacun peut s'identifier mais justement, tout le monde s'identifie à sa manière. C'est d'ailleurs le cas pour tous les romans mais là, sur un sujet dur comme celui-ci et dans un contexte calqué sur notre quotidien, les réactions sont encore plus tranchées.

    c'est peut-être une bonne chose pour tout le monde qu'ils embauchent une nounou
    Ben pas pour les gosses apparemment... :S
  • Nathalie

    Livraddict Team

    Hors ligne

    #30 29 Mars 2017 21:56:11

    Non mais là ils sont tombés sur la mauvaise nounou !  :D  Je voulais dire : ça aurait pu être mieux pour tout le monde s'ils avaient embauché une nounou saine d'esprit !