Israël depuis Beaufort

Synopsis

Moyenne

8.0

1 vote

MAUVAIS

Ce que je suis, je l'ai d'abord été, pleinement, jusqu'à l'âge de six ans : un catholique, un enfant traversé par la lumière et la peur - un innocent.
Qu'est-ce que l'innocence, en un temps où le salut relève de la psychologie, pour ne pas dire de la donne égalitariste, et où l'enfant, devenu roi, a trouvé une légitimité hors royaume, quasi démoniaque ? Pour nous, c'est la réaffirmation d'une alliance par le baptême, la louange et la prière : un geste de confiance sans cesse renouvelé dans le Créateur, au coeur d'une lumière qui porte la trace du doute et de la chute. Ma foi, claire et nue dans l'enfance, puis pendant bien des années descendue aux souterrains de la raison pour rejaillir en fontaine vauclusienne, ces derniers temps, et ramenant au jour, printanière, pure de toute morale, la question de l'innocence, cette fois baignée par l'amour de Dieu - ce que je suis m'apparaissant dans toute sa vérité : un homme de foi qui n'a jamais rompu l'alliance avec ce qui l'a fait ce qu'il est, donc pleinement moi-même plutôt que dans l'imbécile quiétude du psychologisme qui me somme d'être double, voire multiple, hors de toute appartenance, et réclamant une visibilité sociale alors que je n'ai affaire, le plus souvent, qu'à l'invisible, au coeur énigmatique d'une lumière qui n'est que de la nuit infiniment dérobée aux ténèbres.

Très tôt amené à prendre conscience de l'étrangeté d'être au monde - sentiment tragique et réponse au tragique - par ces deux paroles, il me faudra toute une vie pour entrer dans leur énigme syntaxique et les entendre pleinement - la plénitude étant là l'autre nom du mystère :
«Je suis celui qui suis» (Exode 3,14)
et
«En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis» (Jean 8, 58).

Moïse et Jésus affirmant la puissance de la vie contre la mort : vérité de la parole en tant que la vie elle-même - la vie hors «existence», en un sens, ou bien l'existence débordant du temps humain pour en trouver le sens : l'éternité du sens, le principe absolu, hors tautologie et paradoxe, lesquels ne sont que les nuages du sonore où se déploie la parole, quand l'intérieur et l'extérieur cessent de se confondre pour entrer dans la vérité de la parole : nécessaire et joyeuse réfutation de l'être social.

1 édition pour ce livre

2015 Editions Nouvelle Province Littéraire

Française Langue française | 120 pages

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

0 commentaire

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !