L'homme précaire et la littérature

Synopsis

Moyenne

-

0 vote

-

L'Homme précaire est à la littérature ce que La Métamorphose des dieux est aux beaux-arts. Malraux propose d'appliquer à la littérature la périodisation de l'histoire de l'art qu'il avait dégagée pour renouveler notre expérience des œuvres : un première période de figuration d'un surnaturel invisible, objet de prière et de dévotion; une deuxième, à partir de la Renaissance, au cours de laquelle l'art visait à représenter le monde réel, pour s'approcher toujours plus de l’illusion; mais plus cette illusion était poussée, plus elle occultait l'acte créateur, qui, dans un troisième temps grâce à la rupture initiée par Manet, devint désormais essentiel. Appliquée à la littérature, cette tripartition en bouleverse notre conception. La fiction est la notion pivot qui permet de distinguer respectivement les trois moments. Elle est, pour chacun d'entre nous, une expérience majeure: parce qu'elle nous fait vivre par procuration une vie, c'est-à-dire un temps autre que le nôtre, elle porte plus loin qu'un simple divertissement.

1 édition pour ce livre

2010 Editions Folio (Essais)

Française Langue française | 389 pages | ISBN : 2070456498

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

0 commentaire

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !