[La Horde du Contrevent - Juin 2020] - Parlons du roman...

  • Julie27

    Administratrice

    Hors ligne

    #1 27 Juin 2020 10:28:15

    Bonjour,

    => Dans ce sujet, vous pouvez discuter de vos impressions sur le livre La Horde du Contrevent, d'Alain Damasio.

    Des pistes pour donner votre avis :

    → Qu'avez-vous pensé de la mise en page? (pagination, symboles pour les personnages, ...)?

    → Qu'avez-vous pensé des personnages? Et de leur lien?
    Quels ont été vos préférés? Et ceux que vous avez moins aimés?

    → Qu'avez-vous pensé de la narration? Des différents styles?

    → Et l'immersion dans cet univers? Avec ce décor?

    → Et surtout... Qu'avez-vous pensé de l'intrigue? Vous a-t-elle embarqué·e?
    Avez-vous trouvé que c'était prenant / addictif?

    → Qu'avez-vous pensé de la fin? (en utilisant les balises spoiler)

    → De façon globale, avez-vous aimé ce livre? Ou qu'est-ce qui vous a plu / déplu?
    Le recommanderiez-vous?

    (ce sont juste quelques pistes de réflexion, vous n'êtes pas obligé·e·s d'y répondre - et évidemment pas de répondre à tout - et n'hésitez pas à aller plus loin :))

    N'hésitez pas à donner votre avis, mais aussi à réagir à ceux des autres participant·e·s et à leur poser des questions !
    Le but du Book Club est d'avoir une discussion interactive :)

    Attention aux spoilers ! Si vous souhaitez révéler un aspect important, merci d'utiliser les balises suivantes :

    Code:

    [spoiler]Le texte à cacher[/spoiler]

    Merci pour celles et ceux qui n'auraient pas encore fini ce livre ;)

  • Ninicoucou

    Petit joueur sur les mots

    Hors ligne

    #2 27 Juin 2020 10:45:55

    Bonjour à tous


    Pour ma part pour commencer il faut dire que je ne savais pas à quoi m'attendre avec ce roman. Je ne connaissais pas l'auteur, c'est mon libraire qui me l'avait conseillé et je l'ai écouté.

    Direct dans ce livre on rentre dans le vif du sujet et dans le vif des personnages.
    Quelques minutes pour comprendre les symboles une photocopie plus tard pour m'aider et me voila embarquée.

    Même si il ma fallu plusieurs pages pour comprendre ce qu'il se passait j'ai tout de suite été emballé par ce qu'il se passait.
    On n'arrive et on ne connait pas les personnages ni la horde mais peu à peu on en fait partis.
    On apprend à les connaitre a avoir de la sympathie pour certains d'autres non.

    Je me suis vite doutée de ce qu'il se passait

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    et qu'ils tournaient en rond

    mais cela ne m'a pas dérangé.
    Ce livre traite énormément de choses. J'ai aimé l'aspect du vil et du fait que quand une personne parte un morceau de vif reste dans les autres.
    C'est comme pour nous nos être cher restent dans nos cœurs et donc dans notre corps
    La horde est très soudée et montre qu'a plusieurs on n'avance et que chacun à ses défauts mais surtout ses forces.

    En personnage j'ai bien aimé découvrir caracole, coriolis, alme et Sov.
    Mais de manière générale ils apportent tous quelque chose qui les rendent important. Sans les autres ils ne feraient rien.

    L'intrigue ma plu dans son ensemble pas trop de longueurs et même si on croise d'autres éléments comme les villes ou les fréole je me suis plus sentie comme dans un huit clos.
    Je ne sais pas si je le conseillerais, il m'a plu mais il reste particulier, ce n'est pas un coup de coeur mais j'ai passé un très bon moment dans cette horde. Il y a beaucoup d'actions de rebondissement et j'ai toujours été triste des décès.

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    Drôle de faire le tour de la terre, une conquête bien humaine, mais indispensable. Je ne savais pas si cette planète était en avance ou non sur la notre. En astronomie l'évolution est compté et je sais que notre évolution à été codé pour que si des extraterrestre passent ils sachent notre degré d'évolution. Je me suis aussi demandé si la planête ou ils se trouvent était la notre avant ou après notre ère. Questions qui peuvent paraître futiles mais que je me suis posées.

  • Catysprint

    Dompteur de pages

    Hors ligne

    #3 27 Juin 2020 11:01:09

    Coucou par ici !

    J'ai lu ce livre il y a quelques mois et je l'ai beaucoup aimé. Je m'en souviens encore très bien car il m'a marquée.
    Beaucoup de gens autour de moi m'en parlaient en me disant "tu vas voir tu vas avoir l'impression de marcher avec eux" "ils vont te manquer à la fin" "c'est mystique", etc. Je n'ai pas forcément ressenti tout ça mais j'ai vécu une très belle expérience de lecture.
    J'avais du mal à me mettre à le lire parce que quand même ce n'est pas une lecture "simple". Mais dès que j'étais dedans je ne pouvais plus m'arrêter !

    Au début c'est dur à suivre avec les symboles des personnages, je devais tout le temps retourner au début du livre puis on prend le pli. J'ai aimé que chaque personnage (ou presque) prenne la parole tour à tour, que chacun ait sa façon de s'exprimer.
    Pour les personnages j'ai aimé Sov, Oroshi et Golgoth. Eh oui Golgoth est sacrément rustre, une vraie teigne, mais avec tout ce qu'il a vécu...

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    La façon dont sont formés les "traceurs" dès tous petits est horrible. Golgoth est certes brutal mais pétri par la peur, le devoir, la violence. J'ai aimé suivre les pensées de ce personnage.

    En revanche je n'ai pas aimé Caracole du tout, le personnage du troubadour qui s'amuse de tout et se joue des autres... Il m'agaçait vraiment

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    même si j'ai aimé découvrir que Caracole était un être fait de vent pur, ce qui expliquait son étrangeté. Cela a rendu intriguant ce personnage que je n'appréciait pas.


    Le monde façonné par le vent était tout simplement fascinant. Découvrir que tout tournait autour, qu'il y avait une philosophie du vent, des études spécifiques autour du vent, des architectures dépendantes du vent, des paysages façonnés par lui, des caractères même... Le vent était devenu une sorte de dieu qui prenait plusieurs formes, la vie elle-même était le vent, le "vif". Comme si l'air et le souffle étaient tout. Comme si ce monde était un bloc de vent. Toute l'oeuvre était cohérente, recherchée, le vocabulaire précis, cela m'a vraiment convaincue, absorbée.
    Le fait que des hordes cherchent à remonter l'origine du vent à pied depuis des siècles était beau. Il y avait de belles réflexions sur le fait d'être en groupe, je me suis posé des questions sur le but d'une action collective, le fait d'être ensemble, le sens qu'on y trouve... ou pas. Parfois on avance ensemble parce qu'il le faut et c'est tout. Et parfois on n'en peut plus de faire cela. J'ai vécu ce genre de situation personnellement, alors ça m'a touchée.

    Quant à la fin...

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    Je m'attendais à tout sauf à cela ! J'ai trouvé cette fin géniale ! J'avoue que voyant qu'il ne restait plus que quelques pages et que Sov était toujours au bout de la falaise, je ne voyais vraiment pas comment Damasio allait finir cela... Et je suis vraiment restée bouche bée quand Sov a atterri au début du monde connu. Et que l'auteur l'a laissé là, terminant brutalement une épopée de 700 pages en quelques paragraphes. Je pensais qu'ils mourraient tous et qu'on ne connaîtrait jamais l'origine du vent. Que la horde échouerait dans la quête (leurs fins à tous ont été si tragiques...) Je ne me doutais pas du tout que l'un d'entre eux irait au bout, et que ce bout serait le début. Toutes les fondations de leurs croyances sont remises en question...



    Ce livre a laissé beaucoup de questions en suspens

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    Était-ce la première horde à résoudre le mystère de l'origine du vent et du monde circulaire ? Une autre horde n'était-elle pas arrivée avant eux ? Les Érudits savent-ils tout cela ? Ont-ils essayé de les arrêter pour qu'ils ne le découvrent pas ? Était-ce réellement la dernière horde ? Que signifient les piquets plantés dans la falaise ? Qu'adviendra-t-il de Sov ensuite ? D'où vient le vent ?


    Autant de questions auxquelles je n'ai pas de réponses mais j'aime bien repenser à ce livre et imaginer toutes ces choses.

    J'ai hâte de lire vos avis sur ce livre =)

  • Lizana

    Bookworm

    Hors ligne

    #4 27 Juin 2020 11:16:42

    Bonjour !

    Alors je réponds pas forcément aux questions, mais j'ai une belle pavasse à poster. Tout ce que j'ai mis en spoiler, c'est vraiment pour ceux qui n'ont pas fini le livre ! (même le spoiler au début d'avis ><)




    Avant de commencer ma lecture je n'avais pas vu que les pages étaient à rebours. C'est assez perturbant. J'ai eu du mal à m'y faire. Le calcul mental n'était pas un problème, mais ce qui est atypique chamboule.

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    J’ai seulement compris pourquoi en voyant Cendre en parler. C’est vrai qu’un compte à rebours pour revenir au point de départ, c’est du génie.


    J'ai aussi pu constater que j'avais un marque page chelou. Forcément j'ai vite compris en lisant les avis des autres sur leur suivi que c'était l'indispensable de cette lecture. Après, je trouve que le ton est plutôt bien donné et on repère vite qui parle sans devoir se fixer et revenir sur le symbole.

    Dès les premières lignes je ne m'attendais pas à ça. C'est riche. Faut prendre son temps pour tout comprendre et ne pas louper un mot ou une lettre. Sinon ça n'a plus le même sens. Combien de fois j’ai du revenir en arrière de quelques lignes pour comprendre...
    Et c'est écrit petit…
    On est directement plongé dans l'histoire sans introduction, c'est un peu difficile de se repérer. Comme en pleine tempête. Et toutes les appellations du vent ne sont pas très claires pour moi. Surtout quand ce ne sont pas des termes français. Surtout que TOUT tourne autour du vent. Même à la fin de ma lecture j’ai rien capté des différences de vent. Alors pour moi, tout était une tempête à part le slamino que j’ai assimilé à une brise d’été...

    Pour le troubadour, même si ses lyrismes sont sympas, j'ai du mal. Ça demande beaucoup de concentration pour le suivre. Langage ultra riche, construction inhabituelle et particulière, faut clairement se concentrer. Maître Yoga est presque plus facile à déchiffrer. Je ne dis pas que ce n’est pas intéressant de le suivre, mais c’est excessivement fatigant…
    Néanmoins, j’aime tout de même beaucoup les allitérations, assonances, rimes et jeu de langage qu'utilise l'auteur avec Caracole. Jouer avec les mots et les sonorités c'est quelque chose que j'apprécie énormément lire. Même si j’ai dû me concentrer plus que de raison ici.
    Au passage, j'aime beaucoup les remaniements d'expression mdr. Vent merci ; qui ressemble comme deux bourrasques etc.
    Mais le langage de charretier de Golgoth m'embête. J'suis pas habituée à ça, je n'adhère pas non plus à ce style d'écriture ultra vulgaire (quand ce sont des dialogues ok, mais la narration non quoi…) et ça demande de l'adaptation.

    En terme d'histoire pure, c'est intense. Le furvent est une tempête qu’on se prend déjà dans la gueule dès le premier chapitre (ou le suivant). J'en ai la peau écorchée…




    Au fil de la lecture
    (Je parle ici de choses que j’ai relevé au cours de ma lecture. Ce ne sera pas franchement structuré autrement que chronologiquement. Donc ceux qui n’ont pas tout lu peuvent s’arrêter là où ils en sont, j’ai mis quelques petits repères en gras.)



    Je ne sais pas où il les pêche ses idées le troubadour… J’avais commencé à relever, puis j’en suis venue à me dire stop. Il y a bien trop de choses concernant Caracole. Faudrait écrire un roman pour tout relever.

    Tout d'abord je me suis outrée du sort des méduses. D'où c'est de la glu ? Puis j'ai réfléchi et je n'ai pas compris comment ils pouvaient trouver des méduses dans le ciel. L’environnement floral, la faune, même les minéraux, rien n’est expliqué. J’ai été perdu avec plein d’autres détails. Je pense que pour l’auteur c’était clair, mais moi j’aime savoir à quoi j’ai affaire. Il y a plein “d’animaux”, je suppose parce que je ne suis même pas sûre que s’en est, dont on a aucune description. J’aurais aimé savoir que ça pouvait être le croisement entre plusieurs animaux ou une espèce totalement inventée qui ressemble à je sais quoi. Là on est dans le flou pour tout.

    J’ai beaucoup aimé la personnalité de Sov, le scribe, dès le chapitre 3. Quand il nous parle de son point de vue sur l’Extrême-Amont. Sur quel sera son but une fois qu’il l’aura atteint. Sur toutes les questions qu’il se pose par la suite. Sauf le chapitre 5 avec les Fréoles où il a une amourette et où je me suis ennuyée (là Sov a baissé dans mon estime). Je ne voulais pas une telle pause dans leur quête… Heureusement que Silène est là, le gars suspect au visage triangulaire.
    En revanche, Coriolis (le forfait téléphonique) m’énerve à chaque fois que je la vois ou que j’entends parler d’elle.

    Je me suis demandée juste après le [/b]chapitre 6[/b] (après le combat avec Silène ou pendant), si le parcours de la Horde ne serait pas un jeu machiavélique fait au détriment des participants ? Un peu à la Hunger Games ou même comme The Maze Runner ? C’est l’effet que m’a fait Silène le Poursuiveur. (D’ailleurs, je n’ai pas pu m’empêcher de l’imaginer sur un balai avec un souafle dans la main…)

    J’ai pas mal aimé la discussion entre Caracole et le philosophe Fréole. Sur la mémoire et l’oubli. Qu’il faut oublier pour continuer d’avancer. Je trouve ça terriblement vrai, mais aussi terriblement triste. Notre vie est vouée à l’oubli.

    Par contre, le corroyeur j’ai pas compris comment on est passé d’un homme qui poursuit les Hordes à un chrone qui absorbe toute la vie… (chapitre 8) J’ai eu du mal à suivre à partir de là.

    Je me suis asséchée dans le vent dans les premiers chapitres, mais alors je me suis noyée dans la flaque. C'est devenu anxiogène pour moi aussi d'être entouré d'eau. Et lire que la Horde avait froid, qu'elle était trempée, j'en ai ressenti la même chose. Impossible de me réchauffer avant d'avoir lâché le livre ce soir-là…
    C'est affolant le mimétisme que mon corps a effectué dans cette situation. J'avais mal aux membres aussi. Comme si moi-même j'avais nagé pendant des heures et des heures. (Je suis déjà pas sûre d'être capable de nager 20 minutes alors bon…) Pour le coup, j’ai pas compris parce que d’habitude, je ne fais pas autant de mimétisme. Je devais vraiment être à fond dedans !

    J’ai relevé une citation page 414 : La folie n'est plus folle, dès qu'elle est collective.
    Je la trouve particulièrement bien.

    Dans le chapitre Alticcio on parle du palais de la neuvième forme qui accueille les joutes. Je me suis donc demandée si la neuvième forme du vent n'était pas quelque chose en rapport avec la parole. (Alors qu’à la fin de ma lecture même avec une pseudo explication d’Oroshi, j’ai toujours pas capté ce qu’était la huitième et la neuvième forme…)

    J'ai adoré la joute entre Carac et Seleme. Jouer avec les mots, j’adore lire ça. Probablement mon passage préféré du livre !


    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    Même si juste après, on semble sous-entendre que Caracole est Poursuiveur. (Tiens donc lui aussi joue au Quidditch.)


    Je me demande si Maskhar vient pour tuer tout le monde ou juste Caracole d’ailleurs, ce passage n’était pas très explicite.

    Théorie/hypothèse. Caracole est un chrone.
    Nouvelle théorie. L’Extrême-Amont, c’est la naissance.

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    (Même si du coup, c’est pas vraiment ça.)



    Il y a une prise de position de l’auteur que je ne partage pas. Je reproche au livre de nous donner une quête et au moment d’y arriver, on sait qu’on va l’atteindre d’ici une ou deux pages, bim ellipse temporelle pour nous emmener ailleurs. (parfois deux ans plus tard…) Et une fois ou deux je veux bien. Mais à toutes les étapes du contre, non... ça saoule. J'aurais aimé voir la joie de réussir pour une fois. Atteindre une étape et s'en réjouir.

    Je ne sais pas où caser ça chronologiquement parlant, donc je le mets là : il y a plein de termes, on ne sait pas c’est quoi. Il n’y a aucune explication. genre les muages, les boo ? on essaie de deviner, mais sans confirmation, ça peut être tout et n’importe quoi, au bon vouloir du lecteur. C’est déconcertant pour moi de ne pas être fixée.

    Ca m’énerve aussi cette langue qu’on ne comprend pas. C’est bien d’avoir une autre langue, mais si on a même pas d’indice pour la capter, ça sert à que dalle. Autant rien mettre…



    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    Je m'étais attachée à Caracole… j'ai pleuré sa mort.



    Par contre le cannibalisme non. Pas plus que tuer ses animaux d’ailleurs… Je veux bien qu’il y ait du drama. Mais il y a des limites. Je crois que cet instant m’a totalement décroché du livre. Avant ça, ce n’était pas facile, mais j’attendais le twist final pour me dire que ça n’a pas été une lecture difficile pour rien. Mais là, j’ai décroché. Je n’ai fait que lire la suite, sans me plonger dedans.

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    C’est triste du coup parce que je ne me suis pas plus penchée sur la question du gosse d’Oroshi, ni même trouvé ça scientifiquement intéressant. Alors que dans tout autre situation j’aurais adoré me poser 10 000 questions à ce sujet.



    Parce que de toute façon, la fin est une grosse déception. C'est quoi ce truc tout prévisible franchement ?
    Et surtout, d'où ça finit en queue de poisson comme ça. On veut des explications, une confrontation avec l'Hordre, je sais pas un truc.


    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    L’Extrême-Amont qui n’existe pas parce qu’en fait la terre est ronde, j’y ai pensé après avoir lu la quatrième de couverture. Mais je me suis dit que non, ça ne pouvait pas être si simple. Ou que si c’était vraiment ça, il y aurait un truc. Quelque chose qui rende ça exceptionnel. Bah non. Pétard mouillé. J’ai envie de dire “tout ça pour ça”. Je me serais peut-être épargner une lecture si difficile si j’avais su. (Même si je sais que je n’aurais pas voulu savoir pour justement pouvoir le lire.) Mais j’en attendais vraiment quelque chose. Là, je ressors avec juste la satisfaction de pouvoir lire Coeur d’Encre que jene trouvais pas passionnant quand j’ai commencé ma lecture avant le BC. Parce qu’il est facile et que j’ai besoin d’ultra facile et de légèreté. Et je trouve ça nulle d’apprécier un livre juste parce que celui d’avant était une épreuve....



    Conclusion



    Le texte, le style est difficile. Trop. C'est dommage parce que ça coupe l'élan de lecture de revenir chaque fois en arrière d'une phrase pour bien comprendre. Et ce tous les 5-6 lignes… Ca casse le rythme bien trop souvent.
    Je ne lirai probablement plus cet auteur. Si j'avance à reculons dans ma lecture, ce n'est pas du plaisir. C'est dommage parce que l'histoire est franchement intéressante, elle m’a fait fomenter plein de théories. (Je ne les ai pas toutes partagé parce que flemme x))
    Je me suis rendue compte que je prenais ça comme une corvée de devoir me plonger dedans pour avancer. Même si j'y ai pris tout de même du plaisir (jusqu’à ce que le vase déborde), le style était trop. Juste trop. Peut-être est-ce juste moi qui ne suis pas assez. Peut être que je ne suis juste pas suffisamment préparée pour cette difficulté, quoiqu'il en soit, sans la deadline, j'y serais encore… (Peut-être que si j’avais fait une fac littéraire ou pratiqué la littérature hardcore des siècles passés, j’y serais mieux arrivée. Sauf que j’ai pas envie de ça…)
    Pour tout ça, je ne pense pas lui donner de note. Elle serait probablement trop mauvaise en raison de la déception finale que j’ai eu. Quant à le conseiller, uniquement aux personnes qui y sont préparés. Pour qui lire des textes compliqués c'est habituel. C'est une déception de ce côté là. Même si j'ai adoré le fond de l'histoire. Le speech donnait tellement envie. Je ne suis juste pas faite pour ce niveau là… (et clairement la fin m’a déçu, je ne le répéterai jamais assez)

    Bref, en moins de dix mots, ce livre a été une épreuve pour moi.

    Dernière modification par Lizana (27 Juin 2020 11:25:25)

  • Ichmagbücher

    Correctrice Bibliomania

    Hors ligne

    #5 27 Juin 2020 11:54:34

    Pour ma part, j'ai abandonné le livre au chapitre 14 (j'ai commencé à le lire, puis j'ai arrêté). D'habitude, je suis pressée d'ouvrir mon livre, j'attends que ça de la journée, et là c'était l'inverse, j'avais toute la journée pour lire, et j'ai reculé au maximum le moment, et quand j'ai repris, j'avais pas envie).


    → Qu'avez-vous pensé de la mise en page ? (pagination, symboles pour les personnages, ...) ?
    J'ai trouvé cela vraiment intéressant et original, le décompte des pages, c'est comme une échéance qui arrive, plus on avance, plus on est proche, si j'étais allée au bout, ça aurait pu mettre la pression ou instiller une certaine angoisse, j'en sais rien, ça dépend de ce qui aurait été dit. Les signes m'ont plu, je me suis amusée à deviner quel signe correspondait à quel personnage. En fait, je viens juste de voir qu'il y avait une liste au début du bouquin en lisant le post de Catysprint.


    → Qu'avez-vous pensé des personnages ? Et de leur lien ?
    Quels ont été vos préférés ? Et ceux que vous avez moins aimés ?
    Bof, je n'ai pas vraiment ressenti d'empathie pour eux. J'ai juste bien aimé Sov et Pietro, parce que ce sont les narrateurs qu'on retrouve le plus. D'ailleurs, je trouve ça vraiment dommage de ne pas avoir mis plus de narrateurs, la Horde est grande quand même, il y a beaucoup de perso, mais il y en a qu'on voit jamais (peut-être qu'on les voit après que j'ai arrêté ma lecture, mais certains meurent sans qu'on les lise). Ce qui m'a posé question, ce sont les parents et la chronologie. Ils sont partis à 11 ans, on peut donc supposer que les parents sont partis tôt aussi, avant d'être parents. Alors quoi, les femmes ont avancé enceintes, et puis ils ont gardé leurs gosses avec eux un moment avant de les envoyer dans la ville pour être formés (je ne sais plus le nom). Et eux-mêmes ont-ils des enfants ? Après tout ils ont presque 40 ans pour ceux qui sont partis dès le début.
    Caracole présente les membres aux Fréoles, mais ça arrive hyper tard, pour comprendre comment ils fonctionnent.
    Par rapport aux parents aussi et aux autres Hordes

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    Sov (je crois) a des documents collectés et écrits par les autres hordes, comment ces document ont pu être remis dans un centre, est-ce que Sov lui-même remet ses découvertes aux érudits et comment. Après tout, personne ne sait ce qu'il est advenu de certaines Hordes, elles ont été perdues de vue. De toute façon, si aucune n'est arrivée en Extrême-Amont, forcément elles sont mortes avant.




    → Qu'avez-vous pensé de la narration ? Des différents styles ?
    De manière générale, j'ai eu du mal avec l'écriture. Plein de mots inventés (en tous cas je n'ai rien trouvé dans le dico), que je n'ai pas compris, plein de concepts trop vagues que je n'ai pas saisis (c'est quoi un chrone ?, à quoi cela ressemble, à quoi cela sert ... ?). Objectivement, c'est assez fort de la part de l'auteur d'adapter son style à chaque perso, mais clairement je n'ai pas apprécié lire les narrations de Golgoth. Sov et Pietro sont plus "ordinaires". Aussi un moment, je n'ai pas compris, j'en ai parlé sur le topic d'inscription. Un personnage rapporte une conversation qu'il ne peut pas entendre, parce qu'il n'est pas présent physiquement. Cela l'a fait à plusieurs reprises, sur le moment, j'ai relu, je voulais être sûre de pas avoir loupé un truc (je me perdais parfois dans mes pensées, c'était possible). Donc pour moi c'est une erreur. Autrement, l'auteur a choisi une manière de faire, il faut s'y tenir. Il peut pas changer en cours de route et se dire, tient en fait, juste là je change. Ou alors il aurait pu faire un paragraphe (avec saut de ligne et tout pour bien marquer, sans signe). Aussi, on passe du présent au passé. Alors, peut-être que ça vient de l'intrigue, puisqu'apparemment, il est question de saut du temps, je n'ai pas trop compris. SI encore, c'était un même personnage qui s'exprimait toujours dans le même temps, mais non, il alterne le temps, alors qu'on est dans la continuité de l'histoire. Tout ça, ça m'a dérangée, parce que j'ai fait des pauses pour y réfléchir.

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    J'ai été impressionnée par la joute verbale avec Caracole. Par contre, je me suis demandé si c'était possible en vrai, de sortir ça aussi vite à l'oral. L'auteur a pu prendre son temps pour écrire et y réfléchir, mais de vive voix, j'ai des doutes.



    → Et l'immersion dans cet univers ? Avec ce décor ?
    Alors, le début nous met dans le vif du sujet directement avec le vent, mais ensuite, ça se relâche. J'ai abandonné parce que c'est long, on avance pas, l'auteur digresse. En fait, je me perdais dans la lecture, j'oubliais ce que je lisais, je pensais à autre chose, pas vraiment captivée, et je revenais quand un truc attirait mon attention, mais je ne comprenais plus vraiment où j'en étais. Avant d'abandonner, je me demande si j'ai vraiment envie de connaître la fin, si oui je persiste, si non j'abandonne. Leur sort m'était égal.
    Comme l'a dit Catysprint, tout l'univers autour du vent est intéressant et créatif.

    → Et surtout... Qu'avez-vous pensé de l'intrigue ? Vous a-t-elle embarqué·e ?
    Avez-vous trouvé que c'était prenant / addictif ?
    Ca rejoint ce que j'ai juste avant. Pas captivée, pas addictif, pas embarquée. Oui, c'est original, mais vu qu'ils remontent l'origine du vent, je me suis posé des questions sur les gens. Ils croisent des gens sur leur passage, et leurs parents sont déjà passés par là, et avec des véhicules, on peut y aller, je veux dire même si eux ont une autre vision à pied, pour classifier les vents etc, quoi, ils n'ont pas une carte de tout. Il y a forcément des gens en extrême-Amont, ou je sais pas où. Ces gens n'ont de contact avec personne, ils ne connaissent pas les villes principales, la horde ? Je ne sais pas si c'est très clair, je n'arrive pas bien exprimer le fond de ma pensée. Mais pour moi c'est bizarre.
    Manque de clarté aussi.

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    Un moment chez les Freoles, Erg combat, son ennemi place des mines et Barbak marche dessus, ses jambes explosent, et quelques jours après, il repart avec eux, sur ses deux jambes, je n'ai pas compris. En plus, j'ai cherché un moment sa présence, on parlait pas de lui, je me suis dit il est resté avec les Freoles, pas le choix, il peut plus marcher.



    → Qu'avez-vous pensé de la fin? (en utilisant les balises spoiler)
    J'ai lu les spoilers des posts précédents.

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    Ca paraît assez logique au final et ça répond à mon interrogation juste au dessus.



    → De façon globale, avez-vous aimé ce livre ? Ou qu'est-ce qui vous a plu / déplu ?
    Le recommanderiez-vous ?
    Je ne dirai pas que je n'ai pas aimé ce que j'ai lu, mais je me suis ennuyée, et c'est presque pire en fait, parce que je n'ai rien ressenti. A part des petites choses que je n'ai pas comprises, qui m'ont parfois énervée.  Je suis un peu déçue par contre, parce que vu les critiques et la note moyenne sur la BBM, je m'attendais à un truc vraiment exceptionnel et j'ai attendu cette tournure longtemps, en vain. J'ai abandonné, peut-être que si j'avais continué, ça aurait changé, mais c'est trop long, j'ai quand même lu deux tiers du bouquin.


    Lizana : je me suis aussi demandé pour les méduses, au début je me suis dit, peut-être que la méga tempête à soulever l'eau des mers, genre tsunami ultra haut, je ne sais pas, mais dans ce cas, il y aurait eu d'autres bestioles.
    Même réflexion pour le corroyeur.

    Dernière modification par Ichmagbücher (27 Juin 2020 12:04:19)

  • LittleGuizmo

    Magicien des lignes

    Hors ligne

    #6 27 Juin 2020 13:41:35

    Bonjour à tous !

    Pour ma part j'ai abandonné ma lecture à la moitié du livre. Je me suis traîné ce livre pendant deux semaines sans en voir le bout et arrivé à la moitié j'en avais vraiment marre donc j'ai laissé tombé.

    J'ai bien aimé le style mais il est assez compliqué tout de même à mon goût.
    Mon avis ne va pas être très détaillé car je crois que j'ai renié cette lecture car ça a été une vrai souffrance.

    Ce livre est long... On en voit pas le goût... Comme dit plus haut je repoussais le moment de me mettre à ma lecture et c'était presque de la souffrance tellement je voulais m'en débarasser...

    Je me suis fais spoilé la fin car j'étais curieuse et je m'y attendais en faite... Comme également dit plus haut c'est prévisible et c'est presque décevant...
  • Grominou

    Modératrice

    Hors ligne

    #7 27 Juin 2020 13:43:07

    Autant j'ai adoré ce livre, autant je trouve cela difficile d'en parler!  Je jette quelques idées ici avant de lire vos avis...

    Pour la pagination, eh bien imaginez-vous que dans la version numérique elle n'est évidemment pas à l'envers, car c'est la liseuse qui la crée!  Ce sont seulement les chapitres qui sont numérotés en sens inverse, mais je pense que l'effet est le même.
    Gros spoiler, attention:

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    C'est pour refléter le fait qu'arrivé à la fin, on recommence au début?  Ou encore que nos héros avancent à contre-courant?



    Parlant de la fin,

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    J'avais pensé au départ à l'éventualité qu'ils feraient le tour et reviendraient au point de départ.  Mais arrivé à la fin, devant cette étrange falaise, ça m'était complètement sorti de l'idée et les bras m'en sont tombés!  J'aime beaucoup ce genre de chute.



    J'ai beaucoup aimé les personnages, leur solidarité et les liens entre eux qu'on découvre petit à petit. Il y a dans mon édition à la fin une description de chacun mais je ne m'en étais pas aperçue, et au final j'ai préféré découvrir les personnages par moi-même au fur et à mesure.  Mon personnage préféré est Caracole, j'aime sa fantaisie, son insouciance

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    et quand on comprend qu'il est en fait un chrone, j'ai trouvé cela absolument génial, et c'est très bien amené dans la bibliothèque quand Sov lit un passage sur les chrones et qu'on reconnaît la personnalité de Caracole!  Parlant de cette tour bibliothèque, j'ai beaucoup aimé qu'elle soit construite de livres!  Par contre, et c'est le seule petit détail du roman que je n'ai pas aimé (mais c'est vraiment un petit détail) c'est que j'ai trouvé très banales les phrases que Sov y lit et qui lui font grande impression, ça fait très psycho-pop!



    J'ai trouvé cette lecture très prenante et addictive, j'étais complètement immergée dans l'univers, et en même temps c'est une lecture exigeante par sa densité, la quantité de personnage, le vocabulaire inventé, etc.  J'ai adoré que chaque personnage ait une «voix» différente, argotique pour Golgoth, intellectuelle pour Oroshi, fantaisiste pour Caracol, etc. 

    Bon maintenant je vais aller lire vos avis!

    Dernière modification par Grominou (29 Juin 2020 04:38:16)

  • Tchae

    Lecteur timide

    Hors ligne

    #8 27 Juin 2020 14:32:01

    J'ai fini le roman hier soir ! :pompom:
    Alors j'ai vécu ce livre en deux étapes.

    La première partie était formidable. J'ai adoré la mise en page, même si au début, en téléchargeant l'extrait sur mon Kindle pour voir si le style de l'auteur me convenait, j'ai cru que ma liseuse était cassée ! :ohlecon: :ptdr: Bon après j'ai compris, et j'ai choisi le format papier. Cela me paraissait plus confortable. En tout cas le rebours, le marque-page, les lignes de vents, les schémas avec la formation de la horde sont ultra originaux et nous plongent dans une ambiance différente.
    J'ai aimé être jetée directement dans le bain, sans avoir de looooongs passages d'introduction à l'univers (je ne supporte plus ce style d'écriture entre nous, si un auteur n'est pas capable d'exposer son monde de façon subtile en nous racontant l'histoire, ça me hérisse le poil). Cela fait partie de l'aventure de comprendre ce qu'ils font là. Qui ils sont. De découvrir au fur et à mesure ce qui les constitue.
    Je me suis vite attachée à certains personnages comme Pietro, Oroshi, Sov, Caracole, Golgoth. On sentait bien que c'était eux le cœur de l'histoire. Tous savaient être attachants à leur façon.
    Et puis le style me plaisait, je marchais vraiment avec eux. Je vivais avec eux.... Jusqu'à Alticcio.

    Là je suis rentrée dans la deuxième étape.

    J'ai commencé à prendre le livre en grippe. Ca a commencé à me paraître long. Mais surtout c'est le changement d'ambiance.

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    A partir des premiers morts, j'ai commencé à plonger avec eux dans la dépression.


    Ouvrir l'ouvrage me portait sur le cœur. Le passage dans la Norska

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    et le volcan d'air

    a été horrible. L'histoire me plombait et je sentais toute la détresse de Sov. En plus beaucoup de grands passages métaphysiques, autant au début c'était super bien amené et intégré au récit, autant sur la fin c'était assez monobloc et dur à encaisser. Parfois j'avais l'impression que l'auteur aimait bien s'écouter parler.
    Je n'ai pas du tout aimé ce final qui n'en finissait pas

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    avec ces suicides à la chaîne

    , mais qui nous laisse malgré tout sur un dénouement abrupt... Que j'avais venu venir dès les premiers chapitres

    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    car si nous marchons tout droit, nous finissons toujours par revenir sur nos pas.


    Au final on reste avec beaucoup de questions sur les bras.

    Je pense que ce proverbe défini parfaitement ce livre : "l'important n'est pas la destination, mais le voyage".

    Bref je suis heureuse d'être arrivée au bout pour passer à autre chose. XD
    MAIS je ne m'interdis pas de le relire plus tard, après l'avoir digéré, pour mieux l'apprécier. Car cela reste une lecture qui va me marquer, ça c'est évident. :)
  • Aryia

    Correctrice Bibliomania

    Hors ligne

    #9 27 Juin 2020 14:35:21

    Alors pour ma part, ma lecture remonte à plusieurs mois maintenant, et je n'ai pas trouvé le temps de le reparcourir, du coup je vais faire assez bref ...

    Je ne peux pas nier que c'est un roman aussi ... surprenant qu'exigeant, il faut vraiment s'y donner à fond pour suivre, entre les mots inventés, le rythme des phrases parfois alambiqué, et cet univers brut dans lequel on est plongé sans la moindre explication : il faut s'accrocher, et je comprend que ça puisse décourager. J'avoue avoir entrecouper d'autres lectures plus "tranquilles" entre chaque gros bloc, histoire de souffler un peu .... mais malgré tout, j'ai adoré ce livre. Il m'a vraiment époustouflée, bluffée. Parce que finalement, il y a ce parallèle entre le lecteur qui "peine" à progresser dans sa lecture et la lutte de la Horde contre le Vent, ce Vent qui n'est finalement rien d'autre que la Vie.

    C'est vrai, c'est lent, il ne se passe pas forcément "grand chose" (même si personnellement, j'ai trouvé certains passages vraiment "prenants", captivants, riches en action et en suspense), c'est parfois monotone, on est pas du tout habitué à ce genre de récit qui "tourne en rond", mais c'est justement ce qui fait à mes yeux toute l'originalité de cette histoire. Alain Damasio n'a pas hésité à briser les codes, à mettre de la "platitude" là où le lecteur s'attend à du remue-ménage, et je trouve ça vraiment impressionnant, surtout que la science-fiction a tellement tendance à s'uniformiser ...

    Et cette maitrise de la langue, ces jeux de mots et de sonorités, ces figures de style qui s'éparpillent, vraiment, je suis sous le charme. Il a réussi l’incroyable pari de donner une voix différente à chacun de ces personnages : le style dansant et ondoyant de Caracole ne ressemble nullement à la rudesse quelque peu grossière qui habite les phrases de Golgoth. J'ai rarement vu un auteur manier les mots avec autant d’audace et de finesse : il semblerait que Damasio joue avec le langage comme les oiseaux jouent avec le vent. Je suis tout simplement impressionnée par sa maitrise du rythme et des sonorités. Bien plus qu’une simple aventure, c’est une véritable expérience littéraire.

    Bref, c'était un livre qui me faisait peur, tant par sa taille que par les échos que j'en avais, mais je suis vraiment heureuse d'avoir franchi le cap, car ce fut vraiment quelque chose de marquant ...

  • Maa

    Espoir de la lecture

    Hors ligne

    #10 27 Juin 2020 15:10:38

    Alors je n'ai malheureusement pas encore terminé le livre. Trop dense pour moi, j'ai besoin de plus de temps pour le lire. Mais la première partie m'a plu monsieur Damasio à un style unique c'est indéniable. J'apprécie sa plume mais par moment je la trouve peut être un peux trop pompeuse. Mais je suis curieuse de savoir la suite c'est un livre,  je pense que  je serais contente d'avoir lu.