Contes et Entretiens

de Denis Diderot (1977)

Synopsis

Moyenne

15.8

4 votes

BON

"Félix était un gueux qui n'avait rien ; Olivier était un autre gueux qui n'avait rien : dites-en autant du charbonnier, de la charbonnière, et des autres personnages de ce conte ; et concluez qu'en général il ne peut guère y avoir d'amitiés entières et solides qu'entre des hommes qui n'ont rien."

Pour Diderot, les contes sont une sorte de laboratoire de morale expérimentale. En 1770, l'auteur de l'Encyclopédie reprend son vieux projet de composer un traité de morale, mais il opte pour la forme des contes. Ainsi peut-il recréer, en les vivant lui-même par l'imagination, tout près des personnages et au milieu d'eux, des épisodes dont ni l'issue, ni la signification ne sont claires au départ. Le lecteur se voit à son tour plongé en plein « vécu n. C'est à lui qu'il revient de rassembler ces fragments d'histoires et de dialogues pour tenter de saisir la vérité toujours mouvante de l'humain.

Ce volume contient : Mystification, Les Deux Amis de Bourbonne, Entretien d'un père avec ses enfants, Ceci n'est pas un conte, Madame de la Carlière, Entretien d'un philosophe avec madame la Maréchale de ***.

2 éditions pour ce livre

Filtrer par type :

2013 Editions Flammarion (GF)

Française Langue française | 200 pages

1998 Editions Flammarion (GF)

Française Langue française | 245 pages

1 chronique de blogueurs

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

1 commentaire

  • BlueMoon Le 14 Janvier 2016 à 15:12
    Toute l'intelligence de Diderot est encore visible ici, dans ces histoires qui tiennent lieu de morale. Il affirme son athéisme, son sens de la justice, ainsi que son dégoût des hypocrites et des parleurs, qui ne savent pas de quoi ils parlent.

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !