Contre l'art d'élite

Synopsis

Moyenne

-

0 vote

-

William Morris fut l'un des premiers à s'efforcer de bâtir des liens entre le monde de l'art et celui du travail. Il n'a cessé, dans ses écrits, de souligner, de marteler même, l'étroitesse du rapport de l'art à la société. Saturés peut-être de lectures marxistes ou prétendues telles, nous avons tendance à sourire. Il faut nous en garder. D'abord parce qu'une évidence ne perd pas de sa vérité à être rappelée. Ensuite parce que l'époque victorienne, si moderne à tant d'égards, n'avait pas achevé en 1880 la mutation qui lui permettrait d'intégrer l'esthétique dans le social - sauf peut être en littérature. Dans cette analyse, Morris n'était pas un précurseur: John Ruskin l'avait précédé avec élégance et sophistication. Morri, lui, s'est voulu simple sans simplifier, convaincant sans ressasser, enthousiaste sans vaticiner. D'où ces textes limpides, soigneusement et solidement argumentés, qui cherchent à emporter la conviction d'auditeurs ou de lecteurs nullement acquis d'avance mais supposés ouverts, curieux, avides même d'apprendre.

1 édition pour ce livre

1985 Editions Hermann

Française Langue française | 183 pages | ISBN : 270566008996F

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

0 commentaire

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !