L'homme qui marchait dans la couleur

Synopsis

Moyenne

-

0 vote

-

L'artiste est inventeur des lieux. Il façonne, il donne chair à des espaces improbables, impossibles ou impensables : apories, fables topiques.

Le genre des lieux qu'invente James Turrel passe d'abord par un travail avec la lumière : matériaux incandescent ou bien nocturne, évanescent ou bien massif. Turrel, est, en effet, un sculpteur qui donne masse et consistance à ces choses (mal) dites immatérielles que sont la couleur, l'espacement, la limite, le ciel, l'horizon, la nuit, l'immensité du désert. Ses chambres à voir construisent des lieux où voir à lieu, c'est-à-dire où voir devient l'expérience de la chôra, ce lieu "matriciel", cette fable topique inventée par Platon dans le Timée. Quelque chose qui évoquerait aussi ce que les psychanalystes nomment des "rêvent blancs"
La sculpture de Turrel - sculpture de surplombs, de ciels et de volcans - est içi présente comme une fable de cheminements sans fin. En sorte que regarder une oeuvre d'arts équivaudrait à marcher dans un désert.

1 édition pour ce livre

2015 Editions de Minuit

Française Langue française | 73 pages | Sortie : 4 Décembre 2015 | ISBN : 9782707317360

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

0 commentaire

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !