La Sanguine

de Glenmor (1996)

Synopsis

Moyenne

19.0

1 vote

EXCELLENT

Conte moderne où le héros ressemble comme un frère à son créateur, sans que jamais il y ait véritablement identification, La Sanguine dont le propos surprendra et que l'on pourra parcourir comme une histoire rêvée, de belle écriture, invite à découvrir les interrogations de l'auteur : l'être humain est-il véritablement si différent de l'animal et du végétal, et peut-il vivre sans eux ? Et puis sommes-nous si certains de la linéarité du temps ? Et de l'invincibilité de la mort ?

"Tu me demandes le poid et le grand secret des êtres et des choses. Alors écoute. Vois le chêne et sa moisson de glands, le blé et ses chapelets de grains. Le grain et le gland gardent exacte mémoire du blé et d'autres chênes. Il en est ainsi de tout vivant, de tout homme aussi qui, mûrissant et toute vie durant, tissent en dehors et en-dedans d'eux leurs parures et leurs fruits. Ainsi se trame la grande MÉMOIRE, source du MOI. Puis l'homme se déssèche et tombe. La volonté d'être doit alors tendre à s'identifier avec la grande MÉMOIRE acquise. La Mort est vaincue". (Extrait de Les emblaves et la Moisson)

GLENMOR "né trois fois barde en citadelle" a quitté la scène terrestre au mois de juin mille neuf cent quatre-vingt-seize.

Après Les derniers Feux de la Vallée, nous publions aujourd'hui ce sevond volet de son oeuvre romanesque.

1 édition pour ce livre

1996 Editions Coop Breizh

Française Langue française | 173 pages | ISBN : 2909924769

D'autres livres dans ce genre

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

0 commentaire

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !