Le pauvre coeur des hommes

de Natsumé Sôseki (1987)

Synopsis

Moyenne

16.0

5 votes

BON

Quelle vie plus calme en apparence, plus unie, plus heureuse que celle de Natsume Sôseki ? Il naît en 1867 à Edo, l'ancienne Tokyo, étudie l'anglais, enseigne dans les écoles secondaires de 1893 à 1900 et passe en Angleterre trois années à l'issue desquelles on le nomme chargé de cours à l'Université impériale de Tokyo. Son premier roman, Je suis un chat, d'emblée le rend célèbre et lui permet d'entrer au grand quotidien Asahi. Après une existence discrète et retirée, il meurt en 1916. De tous les écrivains qu'a produits l'ère du Meiji, nul n'excerça une influence aussi prestigieuse. C'est que cet ami de l'Occident ne s'était pas coupé de sa propre culture : il s'était nourri des lettres chinoises et formé à la méditation qu'enseigne le bouddhisme zen. Sa vie tout unie cachait une âme douloureuse : obsédé par l'inéluctable « péché qui est sur l'homme », ce solitaire analyse et absout le cœur humain, mais non sans avoir pris sur soi, comme pour l'expier, ce qu'il tient pour l'irrémédiable misère de la condition humaine. Kokoro ou Le pauvre cœur des hommes est le plus représentatif sans doute des romans du Meiji.

Titre original : Kokoro (1914)

2 éditions pour ce livre

Filtrer par type : | Filtrer par langue :

1987 Editions Gallimard (Connaissance de l'orient)

Française Langue française | Traduit par Horiguchi Daigaku, Georges Bonneau | 322 pages

2010 Editions Penguin books (Classics)

Anglaise Langue anglaise | 256 pages

1 chronique de blogueurs

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

0 commentaire

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !