Dites-nous comment survivre à notre folie

de Kenzaburô Ôé (1966)

Synopsis

Moyenne

15.5

20 votes

BON

Deux drames marquent ces quatre nouvelles : la guerre - Kenzaburô Ôé avait dix ans en 1945 -, et la naissance, en 1964, de son fils anormal qui lui a révélé le véritable chemin de la vie. Si les récits de Kenzaburô Ôé ne sont jamais totalement autobiographiques, tous en revanche prennent naissance dans son expérience personnelle.
Dans Gibier d'élevage, l'auteur décrit l'impact sur les esprits, dans un village montagnard, de la présence d'un prisonnier noir américain. Dans Dites-nous comment survivre à notre folie, nous ont contés les efforts d'un père pour nouer avec son fils handicapé mental des relations aussi étroites et fines que possible. La dernière nouvelle est l'un des textes les plus déconcertants et les plus complexes de ce romancier qui fut couronné par le prix Nobel en 1994.

Titre original : Warera no kyoki wo ikinobiru michi wo oshieyo (1966)

2 éditions pour ce livre

Filtrer par type :

1996 Editions Folio

Française Langue française | Traduit par Marc Mécréant | 372 pages

1996 Editions Folio

Française Langue française | Traduit par Marc Mécréant | 384 pages

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

3 commentaires

  • Charliebagou Le 10 Novembre 2015 à 11:54
    Je ne garde en mémoire que la première nouvelle qui m'a beaucoup plu. J'ai eu un peu plus de mal quant aux autres nouvelles.
  • Delkinger Le 09 Novembre 2021 à 11:01
    Je n’ai pas trop aimé. C’était vraiment particulier tant du point de vue de l’écriture que de la narration.
  • Julie_2605 Le 15 Juin 2022 à 19:31
    La folie est abordée à travers la maladie, l'obsession, l'imaginaire. On évoque souvent le lien de parentalité entre autres dans la nouvelle Dites-nous comment survivre à notre folie que j'ai adoré, de même pour Agwîî le monstre des nuages qui était beau et poétique. Le jour où Il daignera Lui-même essuyer mes larmes était plus ardu à lire, il représentait finalement le paroxysme de la folie.

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !