[Suivi de Lecture] Mange-Nuages

 
  • Mange-Nuages

    Bibliothécaire en chef

    Hors ligne

    #1 20 Janvier 2019 17:04:01

    WELL, HELLO THERE



    Et bienvenue dans mon suivi de lecture !
    Si vous avez envie de suivre ce suivi (#suiviception), ce sera avec joie et allégresse !

    Je me présente rapidement en tant que lectrice, que vous sachiez où vous tombez :
    - Je suis éclectique. Genre vraiment, je lis de tout. Fantastique, contemporain, littérature étrangère, SF, BD, manga, historique, essai, théâtre... Si j'ai des préférences dans certains genres, comme tout le monde, j'ai besoin de varier les plaisirs. Il est donc probable que tu trouves au moins un ou deux titres qui correspondent à tes préférences personnelles.
    - Je suis en croisade contre les romans YA. C'est à dire que je doute pas qu'on puisse écrire de la littérature Young Adult de qualité, mais généralement celles-ci se complaisent dans des clichés niais et des archétypes de personnages plus navrants les uns que les autres.
    - La romance, c'est pas mon truc. Probablement parce que c'est là qu'on trouve tous les tropes qui me gonflent et que les structures narratives se ressemblent toutes.
    - Je n'abandonne jamais. Impossible pour moi de m'arrêter en cours de lecture, si je commence je dois terminer. Parfois ça m'a permis d'avoir de belles surprises, mais dans l'essentiel, c'est plus une malédiction qu'autre chose.
    - J'aime les objets livres, mais je suis une lectrice bien plus efficace sur liseuse. Je lis donc une majorité de mes titres sur ma Kobo. D'ailleurs j'ai changé de manière de consommer mes lectures, je n'achète désormais plus que les titres qui m'ont tellement plu que je veux les posséder pour les prêter à autrui ou les relire à l'envi. Je ne suis donc pas très sujette aux achats impulsifs en librairie, sauf  peut-être d'auteurs que je connais déjà.
    - Je suis la reine de la critique incendiaire. Si on apprend beaucoup de ce qu'on aime, je fais partie des gens qui apprennent davantage de ce qu'ils détestent, et je déteste beaucoup de choses.
    - Je suis pas quelqu'un de très ponctuel. Je me lasse vite, il est donc probable que ce suivi de lecture soit alimenté de manière très sporadique, avec de grandes périodes de rien entre deux pics de motivation. Désolée par avance...



    SOMMAIRE DU SUIVI
    Histoire que tu perdes pas de temps à naviguer dans ce fouillis.



    Sleeping Beauties - Stephen & Owen King [Fantastique]
    Sangsues - Imai Daisuke [Manga Seinen]
    It's Your World - Kawakami Junko [Manga Shojo]
    Epouses & Concubines - Su Tong [Classique Chinois]
    Ma Mémoire Assassine - Kim Young-ha [Thriller Coréen]
    Carol - Patricia Highsmith [Romance]
    The Promised Neverland - Shirai Kaiu & Demizu Posuka [Manga Shonen]
    Le Meilleur des Mondes - Aldous Huxley [SF]
    La Princesse des Glaces - Camilla Läckberg [Thriller Suédois]
    Gaijin - Luca Blengino & Luca Erbetta [BD Thriller]
    Paroles d'Honneur - Leïla Slimani & Laetitia Coryn [BD Témoignage]
    Coeur Cerise - Cathy Cassidy [Romance Jeunesse]
    Vous Descendez ? - Nick Hornby [Contemporain]
    Gatsby le Magnifique - Francis Scott Fitzgerald [Contemporain]
    La Bénédiction Inattendue - Ogawa Yoko [Recueil de nouvelles Japonais]
    Les Fiancés de l'Hiver - Christelle Dabos [Fantasy Jeunesse]
    La Fille du Train - Paula Hawkins [Thriller]
    Les Disparus du Clairdelune - Christelle Dabos [Fantasy Jeunesse]
    Rosa Candida - Audur Ava Olafsdottir [Contemporain Islandais]
    Carmilla - Joseph Sheridan Le Fanu [Fantastique Irlandais]
    Effroyables Jardins - Michel Quint [Contemporain]
    Amour dans une Vallée Enchantée - Wang Anyi [Contemporain Chinois]
    Sirius - Stéphane Servant [SF Jeunesse]
    Une Femme de Showa - Kajiwara Ikki & Kamimura Kazuo [Manga Seinen]
    La Voie Magique - Robin Hobb [Fantasy]
    Alice in Borderland - Asô Haro [Manga Seinen]
    Le Prieuré de l'Oranger - Samantha Shannon [Fantasy]
    ►  Eleanor & Park - Rainbow Rowell [Romance YA]
    ►  Figurec - Fabrice Caro [Contemporain]
    ►  Hex Hall - Rachel Haw [Fantastique YA]
    ►  La Mécanique du Coeur - Mathias Malzieu [Conte]
    ►  #Famous - Jilly Gagnon [Romance YA]
    ►  Je Suis une Légende - Richard Matheson [SF]



    J'ai à peine terminé :
    - La Lettre Ecarlate de Nathaniel Hawthorne, que j'ai trouvé assez prévisible... et un peu surcoté. La scène de début est très forte, très visuelle, mais le style, woah... O.o
    - Les Dames de Kimoto de Sawako Ariyoshi, et j'ai pas de mots pour dire comme j'ai aimé ! L'histoire est délicate et profonde, et j'adore le style de l'auteur. Elle va sûrement squatter ma PàL avec ses autres romans...

    Je viens d'attaquer :
    - Parfaite, de Caroline Kepnes, après avoir vu que la série adaptée "You" était disponible sur Netflix. J'en ai dévoré un tiers en une traite, avant de me rendre compte qu'il était 5h du matin et que je devais essayer de dormir.
    - Sleeping Beauties, de Stephen King. En fait, ça fait un an que j'ai rien lu du King, et donc je suis passée à côté de son dernier bébé, écrit avec son fils. Comme c'est un petit pavé, j'essaie de le lire en même temps que d'autres formats plus petits, pour ne pas me "bloquer" pendant quinze jours sans rien lire !

    Okay, ça me semble pas mal pour commencer ! La suite au prochain épisode !

    Dernière modification par Mange-Nuages (22 Mai 2020 18:18:13)

  • Mange-Nuages

    Bibliothécaire en chef

    Hors ligne

    #2 24 Janvier 2019 13:07:58

    Terminé :

    - Parfaite, de Caroline Kepnes - et j'ai adoré, malgré avoir lu des critiques qui trouvaient le rythme inégal, j'ai défoncé le bouquin en un peu plus de 24h !


    En Cours :

    - Sleeping Beauties, j'avance doucement. J'ai l'impression que j'ai un peu de mal à rentrer dedans, probablement à cause de l'incursion des passages d'Owen King (c'est fou, quand on est habitué à Stephen, on reconnaît direct quand c'est pas lui qui écrit !). C'est comme conduire sur une route pleine de cahots, ça se fait mais ça surprend un peu !

  • Maman bouquine

    Bibliophile

    Hors ligne

    #3 24 Janvier 2019 13:51:38

    J'aime beaucoup Stephen King mais je n'ai jamais lu son fils. Bonne lecture à toi !
  • Franz

    Livraddictien débutant

    Hors ligne

    #4 25 Janvier 2019 17:02:55

    Les collaborations de King je ne suis pas fan. A part Gwendy et la boîte à boutons mais qui à plus l'allure d'une nouvelle.
    Plein Gaz avec son fils Joe Hill m'a vraiment soûlé, mais les livres de Joe Hill ont l'air pas mal. J'avais apprécié Cornes et son adaptation cinématographique également avec un Daniel Radcliffe assez fou. On est loin d'Harry Potter!
  • Melody Pond

    Lecteur glouton

    Hors ligne

    #5 25 Janvier 2019 17:04:12

    Maman bouquine a écrit

    J'aime beaucoup Stephen King mais je n'ai jamais lu son fils. Bonne lecture à toi !


    Ce serait quand même vachement indiscret. =D
    (Oui oui je m'en vais)

  • Mange-Nuages

    Bibliothécaire en chef

    Hors ligne

    #6 01 Février 2019 18:46:35

    Me revoilà pour une mise à jour de mon suivi de lecture !
    Ouééééé, scandent les foules suspendues à mes lèvres. Laissez moi rêver.

    Commencés :

    J'ai fait une grosse razzia dans la médiathèque centrale de ma ville, autrement connue comme celle qui est la mieux fournie du lot. Je me disposais déjà à repartir, le sac plein à craquer de moult ouvrages choisis sur la base du pif le plus total d'argument mûrement pesés et mesurés, quand mon regard est tombé sur Épouses & Concubines. Vu que j'ai très peu de notions sur la Chine (et que j'ai lu mon premier auteur chinois le mois dernier), mais que le titre me laissait miroiter des thématiques intéressantes, j'ai décidé de faire un peu de place au fond de ma besace et de l'embarquer avec moi.

    Le roman est court, je l'ai commencé dans le métro en rentrant et j'en suis déjà à 25% de l'histoire ! Jusqu'ici j'apprends des choses assez intéressantes (comme le fait que, si la Chine condamne aujourd'hui la polygamie, dans les années 20, c'était pas le cas, ou que les femmes pouvaient choisir d'être la femme d'un homme "lambda", ou consentir à être une "petite épouse" dans le but d'intégrer une famille riche. Je me demande ce que ça implique d'être une "petite femme" à la mort du mari : est-ce que les concubines touchent quelque chose, ou toute la fortune revient-elle à la première épouse ? Autant de choses que j'ai l'intention de Wikipédier (nouveau verbe, mot compte double) si je finis le roman sans avoir de réponse à ma question. Affaire à suivre, donc !



    Finis !

    <image>
    Et c'est une fin de tournage pour Sleeping Beauties, de Stephen et Owen King !

    C'est le premier livre que j'ai fini sur ma Kobo flambant neuve reçue pour Noël avec du retard, et si j'ai mis beaucoup de temps à rentrer dans le roman, une fois que j'y étais c'est devenu dur de le lâcher. Pour le côté positif, je crois que j'ai jamais lu un King aussi féministe, la trame de fond du roman amenant quand-même à s'interroger sur un monde sans femmes, considérées aux dires d'un personnage comme "les soupapes qui servent à contrôler la violence des hommes". Bien qu'il soit également précisé que toutes les femmes ne sont pas pacifiques pour autant, et que chaque homme n'est pas un monstre de pulsions meurtrières ou destructrices, c'est quand même bien marrant de les voir paniquer parce que, soudainement, ils se retrouvent en charge permamente de leurs gamins en bas âge, ou de se rendre compte que sans femmes, la race humaine est condamnée. Comme je suis mon auteur favori sur Twitter, je sais qu'il est particulièrement anti-Trump, et je ne pouvais pas m'empêcher de deviner le spectre du Président des Etats-Unis et son "grab'em by the pussy" derrière ces personnages masculins qui ont besoin d'une arme pour se sentir puissants et qui s'amusent à appeler les cocons enfermant femmes, adolescentes et fillettes des "sacs à salopes".

    En ce qui concerne l'aspect négatif du roman, c'est la structure de celui-ci qui me pose problème : c'est complètement Le Fléau, avec une première partie "épidémie" et une seconde partie "bataille finale entre deux forces pour le destin du monde". Le hic c'est que là où on avait une humanité rebootée par un virus qui a massacré 99,4% de la population mondiale, ici on a un "virus" qui endort tout humain détenteur d'une paire de chromosomes X. Du coup, forcément, ça manque un peu d'enjeux.

    Après, c'est du King classique, c'est du bonbon pour le cerveau quand on aime ses romans mettant en scène une petite ville entière, personnages attachants comme connards sans morale, sans oublier tous ces personnages dans la zone grise, souvent catalogués comme "méchants" par leurs actions alors que leurs motivations sont tout à fait louables. Bref, c'est pas du King de la vieille époque, parce que le roman ne m'a, malheureusement, pas surpris, mais c'est quand même une chouette tartine de trucs bons à consommer.

    Dernière modification par Mange-Nuages (05 Mai 2020 18:03:47)

  • MyFloXyBabY

    Cauchemar des auteurs

    Hors ligne

    #7 01 Février 2019 19:11:35

    Épouses et concubines a aussi été adapté en film mais je ne l'ai pas vu.
    Moi de toute façon je veux un harem. Laisse moi rêver.

    Ce King là ne m'intéresse pas trop surtout vu ce que tu en dis. J'avais déjà abandonné Dôme par exemple... mais j'en aime plein d'autres. Que je ne citerai pas. Parce que j'ai la flemme. Et que je fais ce que je veux.

    J'avais une Kobo Glo avant. C'était cool. Mais c'était avant.
  • Mange-Nuages

    Bibliothécaire en chef

    Hors ligne

    #8 01 Février 2019 19:21:39

    Ah ouiii, j'ai vu qu'il y avait eu une adaptation, je la regarderai probablement quand j'aurai fini le livre ! (Et tu sais dans quels pays migrer, hein, si le harem c'est ta tasse de thé, ils font encore ça dans le Golfe Persique !)
    Je comprends qu'il ne t'intéresse pas des masses, même si je suis SÛRE que ça aurait été plus parlant avec quelques exemples de bouquins de King que t'as aimé, du coup !


    Et j'ose pas demander ce qui est arrivé à la Kobo...

    Dernière modification par La Chatte et la Chouette (06 Février 2019 13:08:53)

  • MyFloXyBabY

    Cauchemar des auteurs

    Hors ligne

    #9 01 Février 2019 20:41:38

    La Chatte et la Chouette a écrit

    Ah ouiii, j'ai vu qu'il y avait eu une adaptation, je la

    regarderai probablement quand j'aurai fini le livre ! (Et tu sais dans quels pays migrer, hein, si le harem c'est ta tasse de thé !)


    Bah non justement ce n'est vraiment un harem et puis de toute façon il n'y en a plus. Nulle part presque. Maintenant il faut créer une secte pour s'en concocter un. Et je ne suis pas sectaire.


    La Chatte et la Chouette a écrit

    Je comprends qu'il ne t'intéresse pas des masses, même si je suis SÛRE que ça aurait été plus parlant avec quelques exemples de bouquins de King que t'as aimé, du coup !


    Bah c'est simple, j'aime ceux qui sont bien. Je ne suis pas difficile ! :sifflote:

    La Chatte et la Chouette a écrit

    Et j'ose pas demander ce qui est arrivé à la Kobo...


    Elle a rendu l'âme. Elle repose dans un cimetière pour tamagotchi. Maintenant j'ai une tablette. Ce qui permet plein de fonctionnalités supplémentaires que je n'utilise jamais. Et m'oblige à tout le temps mettre mes lunettes pour écran parce que ça fait plus mal aux yeux que cette bonne vieille liseuse. Rest In Pepperoni.


    Sinon j'arrive après la bataille mais je ne savais pas que Cornes était adapté d'un bouquin de Joe Hill Franz ! Effectivement son style ne doit pas être trop compatible avec le papounet en fait... ils feraient mieux d'arrêter d'essayer de collaborer et de vivre leur vie séparément comme moi avec le mien
    Bien vu Melody Pound ! Je suis d'accord, il y a des choses qui ne se font pas voyons enfin ! O_o

  • Mange-Nuages

    Bibliothécaire en chef

    Hors ligne

    #10 11 Février 2019 19:50:43

    Après une semaine plutôt mouvementée, l'heure est venue de la mise à jour !
    Et je suis désolée, mais ça va être long...

    Commencés :


    - Carol, de Patricia Highsmith

    J'avais déjà lu un de ses romans les plus célèbres l'an dernier, L'Inconnu du Nord-Express, et j'avais beaucoup aimé, donc j'ai voulu réitérer cette année avec un autre de ses romans adaptés au cinéma, Carol (j'ai pas encore vu le film malgré la présence de Cate Blanchett ET DE SARAH PAULSON OMGOMGOMG, j'attends d'avoir fini le bouquin). Bon, j'en suis à la moitié et il ne se passe pas vraiment grand-chose, hélas. Après une petite recherche sur le net, j'ai appris qu'il s'agit d'un des premiers romans à décrire une histoire d'amour entre femmes, et c'est probablement à cause de l'époque dans laquelle on vit maintenant que je trouve ce livre un peu plat, mais c'était clairement pas le cas à l'époque : le livre, publié en 1952, a d'abord été refusé par l'éditeur de Highsmith à cause de ses personnages et de sa thématique, et elle a dû le publier sous pseudonyme ailleurs (mais elle n'a pas pu échapper à la censure). Pour autant, le roman a rencontré un franc succès en particulier chez les lectrices lesbiennes, qui souffraient de n'être représentées que très rarement, et chaque fois de manière négative.


    - Le Meilleur des Mondes, d'Aldous Huxley

    Je devais lire ce roman culte l'an dernier, mais c'était un peu difficile d'embrayer sur un roman pareil après être sortie en petits morceaux de la lecture de 1984 de Georges Orwell. Du coup j'ai lu les trente premières pages et il m'est tombé des mains. Je retente l'aventure cette année, dans de bien meilleures dispositions !


    - La Princesse des Glaces, de Camilla Läckberg

    J'ai déjà lu Cyanure, qui ne m'a pas laissé un souvenir impérissable (mais c'est peut-être la faute du résumé qui a totalement spoilé l'intrigue, merci Actes Sud...), donc c'est pas le roman de la dernière chance pour Läckberg, mais pas loin. Si La Princesse des Glaces ne m'émeut pas plus que ça, je chercherai mon bonheur ailleurs. Après tout, des auteurs de polar/thriller scandinaves, c'est pas ça qui manque !


    - Bride Stories [3/11], de Moru Kaori

    Quand j'ai emprunté l'intégralité des tomes sortis, je devais pas être dans un bon moment pour lire des mangas, parce que j'ai péniblement fini le tome 1 avant de tous les rendre. Ensuite le temps est passé, et quand une amie m'a prêté les deux premiers tomes, j'ai plongé pour de bon dans cette saga que je trouve vraiment très bonne. Dans le tome 3, on s'éloigne un peu d'Amir, personnage principal des deux premiers tomes, pour se pencher sur Smith, qui continue son périple à destination d'Ankara. Forcé de séjourner chez la jeune veuve Talas et sa mère pour quelques jours, il va vivre quelque chose qui changera potentiellement sa vie. Et j'ai adoré le personnage de Talas, cette pauvre jeune femme qui a vu mourir ses cinq maris l'un après l'autre et qui se retrouve, sans enfant, plus ou moins condamnée à mourir de faim ou à être chassée par un aïeul opportuniste. Ce que j'aime dans ce manga, c'est sa manière, sans qu'on s'en rende compte, de nous documenter sur des coutumes ancestrales des peuples d'Asie comme les règles du mariage, les techniques de cuisson du pain ou l'importance de la symbolique dans les broderies rituelles. J'ai hâte d'avancer cette saga !



    Finis !



    <image>

    - Sangsues [5/5], de Imai Daisuke

    Je voulais découvrir de nouveaux mangas dans ma médiathèque de quartier, qui est hélas peu pourvue si on sort du rayon Shōjo... Comme je me suis pointée à dix minutes de la fermeture, j'ai attrapé la première saga complète qui m'est passée sous la main. Cette stratégie paie rarement, pour pas dire jamais... sauf cette fois ! Dans Sangsues, Yoko nous fait découvrir un monde dans lequel évoluent des personnes sans existence légale (Yoko a été déclarée morte dans un accident de bus alors qu'elle a raté l'embarquement, mais on y croise aussi des "enfants noirs", seconds-nés de familles Chinoises et qui n'ont par conséquent pas le droit d'exister). Ces "sangsues", n'ayant ni papiers ni argent, vivent dans les appartements d'inconnus pendant leur absence. Mais ce que Yoko ignore, c'est qu'il existe des codes dans le monde des Sangsues, et que lorsqu'on peut tuer en toute impunité, on ne s'en prive pas. J'ai eu un gros coup de coeur pour cette saga, même si la fin n'est pas extraordinaire. Le seul truc qui m'a dérangé, c'est le dessin : toutes ces dentitions offertes aux quatre vents, ça me dérange un peu. Mais j'ai adoré les techniques de Yoko pour piquer les clés de ses hébergeurs involontaires, et la séquence sur sa famille, qui m'a vraiment touchée. Bonus pour l'histoire d'amour qui sait rester au second plan et qui n'empiète pas de manière niaise sur le scénario.


    <image>
    - It's Your World [2/2], de Kawakami Junko

    Forcément, tout ne pouvait pas aller parfaitement bien au pays des mangas découverts cette semaine, parce que It's Your World est vraiment pas bon. Genre pas du tout. On y suit une famille de Japonais qui emménage à Paris à cause du travail du père, et on s'intéresse plus particulièrement à la difficulté qu'ont les enfants et en particulier le fils cadet, à s'adapter à cette nouvelle vie. C'est dommage, il y avait tellement de choses à dire sur le sujet, et certaines d'entre elles ont été abordées : le mal-être de la fille aînée, qui était considérée comme une très belle fille au Japon mais qui n'a pas assez de formes pour les normes européennes et qui a toutes les peines du monde à trouver des vêtements qui lui vont correctement, le père qui déteste l'alcool et se rend donc malade à chaque repas d'affaires parce qu'il n'a pas le cœur de refuser le vin qu'on lui sert systématiquement, le fils qui s'étonne du bon accueil qu'on lui réserve alors qu'au Japon, les nouveaux sont souvent ostracisés... VOILA, ça c'est ce que je m'attendais à lire. Sauf que ces anecdotes sur l'expatriation et la difficulté de découvrir une culture aussi éloignée de la nôtre sont littéralement noyées sous une histoire d'amour sirupeuse de type triangle amoureux : le héros est amoureux de la belle fille de sa classe qui s'intéresse à lui uniquement quand elle s'ennuie, et il est l'objet (inconscient, évidemment, sinon ce serait pas drôle) de l'affection de la pauvre Fatima, qui lui a donné des cours de Français pour qu'il se mette au niveau et qui est la seule, depuis le début, à prononcer son prénom correctement. Bref, c'est un manga qui sait pas trop où il va, et c'est probablement parce qu'il a échoué à proposer quelque chose d'intéressant qu'il a été annulé au bout de deux tomes. Enfin, j'imagine, sinon cette fin rentre direct dans mon top 5 des fins les plus ineptes du monde.



    - Epouses & Concubines, de Su Tong
    <image>

    J'en parlais rapidement dans mon post précédent, le roman est très court donc je l'ai terminé en un rien de temps. L'histoire de Songlian, Quatrième Épouse récemment arrivée dans la demeure des Chen, est principalement un huis-clos (et un classique de la littérature Chinoise, comme quoi j'ai eu la main heureuse). Elle n'est pas autorisée à quitter la demeure sans son Maître, et elle doit donc se familiariser avec les autres occupantes de la maison qui seront peu ou prou toute la vie sociale qui lui restera : vieillarde revêche qui lance ses sarcasmes comme on se coupe les ongles, femme au caractère enjoué avec un certain goût pour les sucreries ou harpie solitaire qui aime chanter de l'opéra à six heures du matin, chaque Épouse a plus de substance que ce qu'elle laisse paraître. En fait, ce roman c'est une lutte de pouvoir entre les quatre femmes de Chen, avec son lot de complots, de mensonges et de secrets : on ne recule devant rien pour obtenir les faveurs du Maître. Ce roman dont le style est très simple et direct combine les thèmes de l'amour et de la mort (Eros & Thanatos for the win), et si ce qui représente l'amour n'est pas dur à deviner, la mort est ici symbolisée par un puits, à quelques pas d'une tonnelle de glycine, qui semble exercer sur Songlian une puissante attraction. Ce que j'aime avec ce roman, c'est qu'il est une preuve qu'on peut dépeindre avec finesse une vie entière en quelques pages : comme Songlian, on se sent écrasé.e par cette demeure dans laquelle rien ne change jamais à part la végétation, et lorsqu'on apprend le sort réservé aux Épouses qui ont cherché un souffle de liberté, notre sang se glace. J'ai apprécié la fin, que j'avais vu arriver sans non plus tomber juste dans mes prévisions !


    Spoiler (Cliquez pour afficher)

    Je pensais que, du fait de son rapprochement avec le fils Chen, Songlian serait l’Épouse infidèle qui serait jetée dans le puits, j'ai donc beaucoup apprécié que, témoin de la scène, elle perde la raison. J'adore les trucs qui finissent mal, en même temps.



    - Ma Mémoire Assassine, de Kim Young-ha
    <image>

    Première incursion en territoire littéraire Coréen, et j'ai adoré. Je l'ai lu d'une traite, en stoppant toutes mes lectures parallèles. Ma Mémoire Assassine, c'est l'histoire d'un vieil homme de 72 ans, qui a une fille, Eun-hee. Eun-hee sait qu'il n'est pas son vrai père ; ce qu'elle ignore en revanche, c'est qu'il l'a adoptée après avoir assassiné ses parents. Ainsi que de nombreuses autres personnes. Parce que pendant quarante-quatre longues années, le vieil homme a été un tueur en série. C'est à cause de cet instinct de tueur qu'il a développé par la pratique, qu'il sait que quelqu'un veut se venger de lui. Et quel meilleur moyen de le faire souffrir qu'en tuant sa fille adoptive ? C'est alors une course contre la montre qui s'engage pour Kim Byeong-su : il dispose de très peu de temps pour découvrir qui est le tueur et le mettre hors-service... avant que la maladie d'Alzheimer, qui vient juste de lui être diagnostiquée, ne lui fasse tout oublier. Ce roman est un bijou d'humour noir (non mais rien que le postulat de base, un tueur en série Alzheimer ? Je hurle), et il est très bien écrit. Organisé comme un journal de pensées qu'il utilise pour ne rien oublier (ainsi qu'un dictaphone, comme on l'apprend par la suite), le roman se découpe dans des unités de temps floues : on ne sait pas si les paragraphes ont été écrits à un jour ou à une semaine d'écart, ce qui nous laisse aussi incertains que le narrateur et contribue à nous faire ressentir avec plus d'acuité la progression de la maladie chez Kim Byeong-su. La première partie du roman est très vive : elle nous fait découvrir le quotidien du vieil homme, sa marotte pour la poésie, la découverte de sa maladie et sa relation avec sa fille adoptive. Ensuite, le roman s'accélère tandis que, paradoxalement, les paragraphes se font plus courts. J'ai énormément apprécié le passage qui parle de la culpabilité du tueur : après avoir fait le parallèle avec un tueur dont les remords étaient si forts qu'il est mort d'un cancer à l'estomac, le narrateur nous laisse comprendre la perversité du châtiment qui lui est réservé à lui, qui faisait confiance à son excellente mémoire pour revivre les moments de liberté ultime que lui procuraient ses crimes jusqu'à sa mort. Ce roman m'a en même temps rempli d'une grande tristesse, comme, je pense, toute personne qui a déjà vu les ravages de la maladie d'Alzheimer sur un membre bien-aimé de sa famille, et cette fin est vraiment surprenante et poignante. Après avoir refermé le livre, je savais pas si j'avais envie de pleurer de tristesse ou d'admiration, et clairement, Kim Young-ha a gagné une fan.

    Dernière modification par Mange-Nuages (05 Mai 2020 18:04:21)