Histoires des temps futurs

Synopsis

Moyenne

17.0

1 vote

TRES BON

Vue de l'extérieur, c'est sous son aspect populaire — donc le plus naïf — que la science-fiction est le plus souvent considérée. Aux yeux du lecteur qui se veut cultivé, elle apparaît au pire comme un ramassis d'infantilismes désarmants, au mieux comme une amusette mineure. Science-fiction, cela évoque un petit nombre de clichés sommaires : des fusées, des Martiens, des monstres géants, des soucoupes volantes et des robots de fer-blanc.
Bien sûr, la science-fiction c'est (ce fut) aussi cela. Mais de plus en plus elle devient surtout une vraie littérature. L'un des buts de cette série d'anthologies de science-fiction est d'en montrer, par facettes successives la véritable image. Dans la précédente : Histoires fantastiques de demain, l'accent était plutôt mis sur le délire intellectuel et les étourdissants jeux de l'imagination. Dans celle-ci, c'est une approche différente qui a été le plus souvent recherchée. Sans renier les grands thèmes du genre, la plupart des histoires ici présentées font appel à des effets plus intimes.
La science-fiction, ce n'est pas simplement une littérature d'idées, mais aussi une littérature de climats psychologiques, subtilement déviés par rapport au réalisme. Plus que dans les galaxies et les planètes, c'est dans les régions mentales que nous entraînent ces histoires. Mais on trouvera aussi dans ce volume quelques-unes de ces nouvelles humoristiques savoureuses où la science-fiction excelle, ainsi que plusieurs récits où elle retrouve sa vocation foncière : susciter les vertiges de l'étonnement.

Au menu :
1 - Alain DORÉMIEUX, Préface, pages 9 à 12, Préface
2 - Lewis PADGETT, L'Armoire temporelle (Time locker), pages 13 à 40, trad. Michel DEUTSCH
3 - Lester DEL REY, Le Monstre, pages 41 à 58, trad. Michel DEUTSCH
4 - Philip José FARMER, Mort prénatale (How deep the grooves), pages 59 à 72, trad. Michel DEUTSCH
5 - Wilson TUCKER, N'oubliez pas le guide (The tourist trade), pages 73 à 86, trad. Alyette GUILLOT-COLI
6 - Idris SEABRIGHT, Des mondes à profusion (Change the sky), pages 87 à 106, trad. Jean de KERDÉLAND
7 - Fritz LEIBER, A perdre la raison (Sanity), pages 107 à 126, trad. Jacques PAPY
8 - Algis BUDRYS, La Guerre est finie (The war is over), pages 127 à 138, trad. Michel DEMUTH
9 - Mack REYNOLDS, Le Plouc et les martiens (The Martians and the coys), pages 139 à 154, trad. Arlette ROSENBLUM
10 - Henry KUTTNER & Catherine L. MOORE, Sans espoir de retour (Home there's no returning), pages 155 à 184, trad. Michel DEMUTH
11 - Richard MATHESON, Tina a disparu (Little girl lost), pages 185 à 200, trad. Michel DEMUTH
12 - Fredric BROWN, Etaoin Shrdlu (Etaoin Shrdlu), pages 201 à 228, trad. Arlette ROSENBLUM
13 - Kris Ottman NEVILLE, Bettyann (Bettyann), pages 229 à 268, trad. Frank STRASCHITZ
14 - Philip K. DICK, En ce bas monde (Upon the Dull Earth), pages 269 à 296, trad. Michel DEUTSCH
15 - Alfred Elton VAN VOGT, L'Automate humain (Automaton), pages 297 à 312, trad. Michel DEUTSCH
16 - Theodore STURGEON, L'Homme qui a perdu la mer (The man who lost the sea), pages 313 à 326, trad. Alain DORÉMIEUX

1 édition pour ce livre

1968 Editions Casterman (Autres temps, autres mondes)

Française Langue française | 326 pages

D'autres livres dans ce genre

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

0 commentaire

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !