L'Oeil du Purgatoire

de Jacques Spitz (1945)

Synopsis

Moyenne

17.6

5 votes

TRES BON

Vous connaissez le passé, imaginez le futur, redoutez le présent : il vous reste à découvrir le présent vieilli, ce temps inédit inventé par Jacques Spitz dans un roman phénoménal considéré comme un des classiques du roman d'anticipation français. Son héros, un peintre raté résolu au suicide, va vivre une expérience hors du commun qui te conduira où nul n'est allé : inoculé par un savant fou, un bacille s'est attaqué à sa vue et lui permet de voir le monde et les êtres tels qu'ils seront dans un futur proche. Mais ce qui n'était qu'une étrange expérience devient une aventure effarante lorsqu'il réalise que le temps se dilate et qu'il voit de plus en plus en avant. Livre haletant sur le cauchemar d'un homme seul au milieu d'un univers en déréliction, L'œil du purgatoire est un roman unique qui réussit à pousser une logique jusqu'à son extrême limite avec une audace et une intelligence qui ont laissé pantois ses admirateurs. Il était impensable de ne pas le proposer de nouveau à ceux qui croient que la littérature, mieux que n'importe quel art, doit nous permettre d'explorer les confins et les mystères de notre imaginaire.

1 édition pour ce livre

2008 Editions L'arbre vengeur

Française Langue française | 196 pages | Sortie : 16 Octobre 2008 | ISBN : 9782916141329

D'autres livres dans ce genre

1 chronique de blogueurs

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

2 commentaires

  • Verdorie Le 06 Octobre 2017 à 00:35
    Difficile à définir les sujets de ce court roman : parabole de la mort, apagogie de la vie, voyage non dans le temps, mais vers le temps qui s'écoule. J. Spitz est un auteur cynique, désabusé, «classé» comme Surréaliste. Pour ma part, je dirai plutôt auteur de l'Absurde, qui ne cède pourtant jamais au grotesque, mais nous ouvre une vision vertigineuse de l'autre versant de notre vie.
  • Verdorie Le 06 Octobre 2017 à 00:47
    Difficile à définir les sujets de ce court roman : parabole de la mort, apagogie de la vie, voyage non dans le temps, mais vers le temps qui s'écoule. J. Spitz est un auteur cynique, désabusé, «classé» comme Surréaliste. Pour ma part, je dirai plutôt auteur de l'Absurde, qui ne cède pourtant jamais au grotesque, mais nous ouvre une vision vertigineuse de l'autre versant de notre vie.

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !