Le Premier Souper

de Alexander Dickow (2021)

Synopsis

Moyenne

16.0

1 vote

BON

De ce livre surgissent trois univers, une réfraction de trois perspectives, la révolte de l’opprimé, le conflit colonial, la guerre religieuse : un monde où faute de pouvoir s’alimenter, le prolétariat, incarné par les mineurs, ne mange que de la pierraille ; un deuxième où les hommes mènent une lutte acharnée contre des âmes venues d’une autre dimension qui moissonnent les chairs des êtres vivants ; puis la chronique de la persécution des allophages, répugnants personnages qui se nourrissaient de végétaux et de viande – autre que la leur.

Dans la tourmente, quelques-uns témoignent que la rencontre demeure possible. Parmi ce théâtre d’ombres, celui d’un savant disparu, Ronce Albène, fait irruption, proposant des versions grinçantes de ces trois mondes en crise, les transformant en paraboles énigmatiques et désaxées. Son livre se dérobe : reste Le Premier Souper, ronde de cauchemars et de carnavals. Les corps mis en scène ressemblent à des éruptions de besoins tous plus ou moins dépravés : dévorer, absorber, engloutir.

Un roman qui admet des physiologies autres, primitives ou inouïes. Un premier roman en éclats, à la langue torrentielle, qui creuse jusqu’à nos tréfonds la question de l’appétit insatiable de l’humain envers les autres, envers le monde.

1 édition pour ce livre

2021 Editions La Volte

Française Langue française | 272 pages | Sortie : 1er mars 2021 | ISBN : 9782370491060

D'autres livres dans ce genre

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

0 commentaire

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !