Ta Grossesse

Synopsis

Moyenne

15.0

1 vote

BON

Ce récit raconte un avortement à la deuxième personne du singulier. L’écriture est concentrée sur l’héroïne, sa physiologie, ses émotions, ses interrogations. Le récit dure neuf mois, rythmé par les quatre saisons, pour que la narratrice, sans forcément comprendre les tenants et les aboutissants de sa décision de ne pas en avoir, finisse par prendre conscience de son choix et ne soit plus hantée par lui.
C’est le roman du trouble, des contradictions, de l’entre-deux, jusque dans l’espace géographique, entre Paris et Strasbourg notamment. Car, bien que la décision de ne pas avoir un enfant soit délibérée de la part de l’héroïne, il reste une part d’ombre sur les mobiles et la psychologie qui déterminent sa décision. Le personnel médical apparaît dans une sorte de bonhommie tantôt bienfaisante, tantôt cruelle. La violence psychique et physique qui s’exerce n’est pas traitée de manière héroïque. Le récit adopte un point de vue spécifique sur l’avortement, celui d’une conscience qui observe l’événement sans être complètement submergé par lui, avec un début de lucidité et une sorte de distance empathique, parfois tragique, parfois amusée. Quant à la puissance de vie, elle n’existe qu’au conditionnel ou sous forme de voix fantasmée alors que cette promesse de vie constitue bien le fil rouge de l’intrigue. La tension du texte ne tient qu’à ce fil ténu, ce qui existe à peine et déjà plus. C’est le récit troublant du « pas encore et déjà plus maman ».

1 édition pour ce livre

2020 Editions P.O.L

Française Langue française | 176 pages | Sortie : 1 Mars 2020 | ISBN : 978-2-8180-4977-8

1 chronique de blogueurs

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

1 commentaire

  • eemmabooks Le 04 Juillet 2020 à 17:46
    Tenu à distance empathique de ce discours intérieur, le lecteur ne peut qu’observer la solitude et la souffrance physique et psychologique de cette femme. « Ta grossesse » ou plutôt l’histoire de « Ton avortement » est racontée à la deuxième personne du singulier, comme pour donner un peu de parole à une part oubliée de nous, comme pour réconforter l’héroïne dans cette épreuve.

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !