La mort de la phalène

de Virginia Woolf (1942)

Synopsis

Moyenne

17.5

2 votes

TRES BON

Dix-huit des trente nouvelles que comprend ce volume figuraient dans La Maison hantée, recueil aujourd’hui totalement épuisé.
Le présent ouvrage offre dans une séquence ordonnée – que justifie dans sa préface Sylvère Lotringer – des textes jusque-là dispersés dans trois ouvrages posthumes et d’autres encore, parus dans des revues ou des journaux.
L’Art du roman constituait une approche théorique de la recherche de Virginia Woolf. Ce recueil, qui lui fait pendant, pose les premiers jalons du « roman de l’avenir ». Par ses hardiesses et par ses délires, par ses étonnantes réussites et ses errements, il ne se place pas en marge d’un itinéraire désormais refermé sur lui-même. Il le commente, le condense et le projette au cœur même de la controverse romanesque. Par là, il est indispensable à la connaissance d’une œuvre qui se place au carrefour de l’espace et du temps.

Titre original : The Death of the Moth and Other Essays (1942)

2 éditions pour ce livre

Filtrer par type : | Filtrer par langue :

1968 Editions Points

Française Langue française | Traduit par Hélène Bokanowski | 288 pages

1968 Editions Seuil

Française Langue française | 256 pages

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

0 commentaire

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !