La vanité des somnambules

de Chloé Delaume (2003)

Synopsis

Moyenne

-

0 vote

-

"Je m'appelle Chloé Delaume. Je suis un personnage de fiction. J'ai investi le corps que j'ai fait mien un vendredi poisseux de 1999 [...]. Ce corps m'était destiné. Je l'ai choisi à cause de son histoire". Là oùLe Cri du sablier(Prix Décembre 2001), le précédent roman de Chloé Delaume, se construisait autour d'une réminiscence,La Vanité des somnambulescélèbre une forme de présent. L'auteu, en dentellière des narrations hirsutes, joue de l'autofiction, en transmuant ses vrais traumas en verve éminemment poétique. Tout juste sortie de la "Somnambulie, territoire d'absence à soi", où elle a erré vingt-six ans comme une âme en peine, elle intègre progressivement son corps, un "corps féminin singulier trentenaire". L'orpheline qui s'incarne, mal aimée en train de conquérir son identité à petits pas de funambule, laisse entrevoir ici comme une lumière au bout du tunnel. Avec une violence sourde qui se contient à peine dans les jeux de mots et de sonorités, toujours quelque part entre le conte de fées et la toxicité, ce texte, comme les précédents, se découvre comme un bijou noir, un brin maléfique, au fond d'un écrin précieux. Une originalité horripilante pour certains, tant il faut se frayer un passage entre leslignes et s'accorder à cette inquiétante étrangeté ; admirable en revanche pour les adeptes de ce style dépaysant, fort, inédit, preuve vivante et vibrante que décidément "la fiction assainit la réalité".--Claire Pardieu

1 édition pour ce livre

2003 Editions Farrago

Française Langue française | 147 pages | ISBN : 2844901158

D'autres livres dans ce genre

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

0 commentaire

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !