A la mesure de l'univers

Synopsis

Moyenne

16.7

3 votes

BON

"Et maintenant, il est trop tard, répond Ari, pétri de remords. Anna esquisse un sourire, elle lui caresse à nouveau la main et lui dit, quelle sottise, il n'est jamais trop tard tant qu'on est en vie. Aussi longtemps que quelqu'un est vivant." A la mesure de l'univers est la suite du roman D'ailleurs, les poissons n'ont pas de pieds. Ari rentre en Islande après avoir reçu une lettre de son père lui annonçant son décès imminent. Le jour se lève sur Keflavik, l'endroit le plus noir de l'île, à l'extrémité d'une lande à la végétation éparse et battue par les vents. Ici, la neige recouvre tout mais, partout, les souvenirs affleurent. Ari retrouve des connaissances qu'il n'a pas vues depuis des années. Ses conversations et ses rencontres le conduisent à s'interroger et finalement à accepter son passé : les deuils, les lâchetés, les trahisons, afin de retrouver celui qu'il était, et qui s'était perdu "au milieu du chemin de la vie". Comme dans la première partie de son diptyque, Jon Kalman Stefansson entremêle les époques, les histoires individuelles et les lieux : le Norofjörour, dans les fjords de l'Est, où évoluent Margrét et Oddur, les amants magnifiques, et Keflavik, ce village de pêcheurs interdits d'océan, très marqué par la présence de la base militaire américaine.

2 éditions pour ce livre

Filtrer par type :

2018 Editions Folio

Française Langue française | Traduit par Eric Boury | 464 pages | Sortie : 16 Août 2018 | ISBN : 9782072741982

2017 Editions Gallimard (Du monde entier)

Française Langue française | 437 pages | ISBN : 2070179311

D'autres livres dans ce genre

2 chroniques de blogueurs

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

2 commentaires

  • viduite Le 10 Septembre 2018 à 08:51
    Saga familiale sensible et décomposé, ode à une improbable consolation apportée par la poésie, discrète inscription d'une histoire collective et islandaise, À la mesure de l'univers interroge notre présence et nos conceptions de l'amour et du bonheur. Jón Kalman Stefánsson signe un roman lumineux, naïf à l'occasion.
  • enirehtac Le 12 Décembre 2018 à 17:08
    Roman lumineux, poétique, fort à propos de l’Islande, son passé collectif et familial. Une écriture magnétique qui m’emporte avec elle, une façon immensément profonde de philosopher sur l’existence, ses douleurs, ses bonheurs, ses incontournables. Selon moi celui-ci surpasse le premier volet de la saga.

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !