Manifesto

Synopsis

Moyenne

16.1

14 votes

BON

Pendant la nuit du 24 au 25 mars 2015, Félix de Récondo a cheminé vers la mort. Trois ans plus tard, sa fille Léonor transforme le huis clos de la chambre d’hôpital en un vibrant manifeste, « manifesto », témoignant de la liberté et de la force de création que ce père artiste garda inlassablement intactes. Deux narrations s’entrelacent, qui signent le portrait d’un homme dont la jeunesse fut marquée par la guerre civile espagnole et l’exil : celle de Léonor, envahie par les souvenirs et les émotions de la longue veille aux côtés de sa mère, Cécile ; et celle de Félix, dont l’esprit s’est échappé vers les contrées du passé. Il y a rejoint l’ombre d’Ernesto (Hemingway), qu’il n’a jamais revu depuis les déjeuners du dimanche à Pamplona, alors que lui était encore un petit garçon, dans les années trente. L’écrivain, déjà auréolé de sa gloire, y suivait les courses de toros. Aujourd’hui, toute différence d’âge abolie, Félix se remémore ceux qu’ils ont connus, sa petite enfance à Gernika, les mystérieuses activités politiques de ses oncles dans la maison d’exil des Landes. Il en vient bientôt à évoquer la mort tragique de ses enfants nés avant sa rencontre avec Cécile, et confie à son vieux complice combien sa nouvelle famille l’a aidé à continuer à vivre, dessiner et sculpter. Ernesto, à son tour, lui raconte son besoin d’écrire, Martha et les femmes qu’il ne pouvait s’empêcher de séduire, sa propre fascination pour la mort, son suicide. Mais leur ultime conversation ne s’achèvera pas avant que Félix ait pu montrer à Ernesto le violon que, de ses mains, il fabriqua pour Léonor. À son chevet, sa fille lui fait écouter une ultime fois leur sonata da Chiesa de Corelli… La musique a tant accompagné leur bonheur, leur pas de deux artistique, depuis que, élève précoce, Léonor apprenait à maîtriser son instrument. Cette même musique ponctue d’une déchirante douceur leur dernière nuit, dont le récit, magnifique tombeau poétique, donne à jamais vie au créateur et au père merveilleux que fut Félix.

1 édition pour ce livre

2019 Editions Sabine Wespieser

Française Langue française | 179 pages | Sortie : 10 Janvier 2019 | ISBN : 9782848053141

4 chroniques de blogueurs

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

3 commentaires

  • pilyen Le 18 Février 2019 à 22:22
    Retour poétique et sensible pour Léonor de Récondo mais encombré de la présence un peu trop massive d'Ernest Hemingway.
  • Audrey Roma Le 08 Avril 2019 à 18:56
    Ce Manifesto est en effet un vibrant hommage de Léonor de Recondo, avec sa plume délicate, presque musicale, qui se retrouve dans ses livres, à son père. Néanmoins, les chapitres où ce dernier "dialogue" avec Hemingway me sont apparus comme une fausse note troublant l'harmonie du roman.
  • hederra Le 26 Avril 2019 à 15:42
    On manifeste ce qui est funeste lorsque l'on se rapproche des souvenirs si chers que nous avons vécus. Je trouve la plume de Léonor De Récondo toujours aussi juste et j'ai énormément apprécié cette lecture.

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !