Il faut partir

de Harry Martinson (2002)

Synopsis

Moyenne

-

0 vote

-

Ceux que la société prend en considération, ce sont ceux qui serrent les mâchoires et dont l'harmonie intérieure repose presque uniquement sur la dureté et le culte de la prestation. Ce genre d'être humain n'est jamais malheureux et c'est pourquoi il ne vaut pas la peine d'en parler. Tout ce que l'on peut faire, c'est constater que ces gens sont les ennemis naturels de ce qui est trop sensible. Sous ce fait se dissimule un abîme de jalousie et de bassesse de toute nature, car c'est sans doute ainsi que se présente la vie. Il s'agit peut-être d'une lutte entre ce qui est grossier et ce qui est trop sensible, entre diverses espèces de nerfs, entre sensibilité et brutalité recouverte d'un vernis superficiel. Et de même que cette lutte se déroule entre les individus, elle se déroule aussi, sans doute, en chacun de nous qui vivons sur cette terre. C'est ce que ressent celui qui est trop sensible, c'est-à-dire ce qu'il éprouve au moyen de ses nerfs, sans être atteint pour autant d'une maladie nerveuse ; du moins n'est-il pas plus malade que tous ces salauds bruyants, durs et gaillards, qui en toute circonstance sont l'ennemi de celui qui est trop sensible.

Titre original : Vägen ut (1936)

1 édition pour ce livre

2002 Editions Agone

Française Langue française | Traduit par Philippe Bouquet | 373 pages | ISBN : 2910846849

D'autres livres dans ce genre

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

0 commentaire

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !