La beauté, tôt vouée à se défaire

de Yasunari Kawabata (2003)

Synopsis

Moyenne

11.8

5 votes

FAIBLE

Résumé
Dans la première nouvelle, parue en 1963, une jeune fille prête son bras droit à l'homme qu'elle aime : allégorie absolue de l'horreur de l'osmose amoureuse, qui, une fois réalisée, tourne au cauchemar et à la réaffirmation d'un monde de solitude absolue. La seconde nouvelle, parue en 1933, relate l'histoire d'un jeune garçon accusé du meurtre de deux de ses amies.

Quatrième de couverture
«La Beauté, tôt vouée à se défaire ne s'arrête pas à la simple histoire du meurtre de deux jeunes femmes pendant leur sommeil, cette nouvelle joue également un rôle explicatif pour les deux récits qui précèdent, concernant le travail du "condamné à perpétuité" qu'est l'écrivain et le thème de l'impossibilité d'une relation pure et belle à la réalité. La Beauté, tôt vouée à se défaire est une oeuvre rigoureuse qui n'a pas du tout vieilli. Et je crois que si elle n'a pas vieilli, c'est sans doute à cause de la sérénité qui s'en dégage. Je me demande où l'auteur arrive à trouver cette tranquillité artistique. Il a vu la tristesse dans le coeur du criminel Saburo Yamabe, pour qui "provoquer la mort", c'était "flirter avec la vie", sans pour autant flirter lui-même avec la vie. C'est cette distance, que même une légère ivresse ne permet pas, qui l'a conduit aux Belles endormies et au Bras.» Couverture: Sosen, Fleurs des quatre saisons (détail). Musée de Philadelphie.

1 édition pour ce livre

2004 Editions Le Livre de Poche (Biblio)

Française Langue française | 148 pages

Aucune chronique pour ce livre

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez partager vos chroniques de blog dans cette zone ! M'inscrire !

0 commentaire

En vous inscrivant à Livraddict, vous pourrez commenter ce livre. M'inscrire !